Parker rebondit

  • A
  • A
Parker rebondit
Partagez sur :

En perte de vitesse depuis une semaine, Tony Parker a retrouvé des couleurs vendredi lors de la victoire des Spurs obtenue au forceps face à Minnesota (107-101). Le meneur de jeu français s'est fendu de 20 points et a distribué cinq caviars dans un match que les Texans ont fini en trombe pour combler un retard de quinze longueurs dans le dernier quart-temps. San Antonio conforte ainsi sa première place de la Ligue.

En perte de vitesse depuis une semaine, Tony Parker a retrouvé des couleurs vendredi lors de la victoire des Spurs obtenue au forceps face à Minnesota (107-101). Le meneur de jeu français s'est fendu de 20 points et a distribué cinq caviars dans un match que les Texans ont fini en trombe pour combler un retard de quinze longueurs dans le dernier quart-temps. San Antonio conforte ainsi sa première place de la Ligue. Le match : Spurs-Timberwolves 107-101 Auteur d'un début de saison phénoménal, qui lui a valu les louanges de son entraîneur Gregg Popovich, Tony Parker a traversé une zone de turbulence dans la dernière semaine de novembre. Auteur respectivement de 9, 6, 12 et 2 points contre les Mavericks, les Hornets, les Warriors et les Clippers, le Français est redevenu le temps de quelques jours un joueur très ordinaire. Une soudaine baisse de régime que certains ont davantage mis sur le dos de ses affaires conjugales avec Eva Longoria que sur celui de la fatigue. TP, qui aurait déjeuné mercredi dernier avec sa future ex-femme dans un restaurant de Los Angeles, a en tout cas retrouvé de sa superbe vendredi soir à l'occasion du seizième succès de la saison des Spurs. Et son équipe en avait bien besoin tant les Timberwolves, pourtant avant-derniers de la conférence ouest, lui ont donné du fil à retordre. Menés d'un point à la mi-temps (53-54), les Texans ont pris un bouillon lors du troisième quart-temps, perdu 18-32, ce qui les plaçait à quinze longueurs avant d'entamer l'ultime période. Dans le dur pour rivaliser dans la raquette avec le duo Kevin Love (25 points-18 rebonds)-Michael Beasley (28 points-6 rebonds), les Spurs sont parvenus à remonter leur handicap à la faveur d'un dernier de folie, remporté 36-15. Lauréat à l'arraché (107-101) de leur seizième succès de la saison, pour seulement trois défaites, San Antonio a conforté sa place de meilleure franchise de la Ligue. Et retrouvé le vrai visage de son génial meneur de jeu. Les Français de la nuit Outre le réveil de Tony Parker, nombreux étaient les Français en lice la nuit dernière sur les parquets. Avec comme toujours des fortunes très diverses. Boris Diaw a pris une part non négligeable dans la victoire (91-84) de ses Bobcats face à New Jersey. Proche du triple double, le Tricolore signe ainsi 11 points (5 sur 13 aux tirs), 16 rebonds (record en carrière) et 8 passes. Moins de réussite en face pour Johan Petro, qui doit se contenter de 9 minutes à 0 sur 3 aux tirs (1 rbd, 1 interception et 1 contre). A Portland, Nicolas Batum, encore réduit au banc, n'échappe pas au naufrage au tir de sa formation (33,3 % de réussite) et se contente de 11 points (4 sur 10, 6 rbds, 1 passe et 1 interception) lors de la défaite (83-79) des Blazers à Washington, où Kevin Seraphin n'a lui pas eu droit au chapitre. Joakim Noah retrouvait quant à lui sur son chemin un certain Kevin Garnett, son ancienne idole de jeunesse, qu'il s'était permis d' « allumer » le mois dernier sur les ondes d'une radio pour son « trash-talking » permanent sur le terrain. Avantage à Garnett et ses Celtics (voir par ailleurs), qui dominent Chicago (104-92) avec pour le Français un nouveau double double à la clé (14 points, 10 rebonds). A Orlando, un virus stomacal met sur le flanc Michael Pietrus, comme trois autres de ses autres partenaires, dont Dwight Howard, sans empêcher le Magic de signer un sixième succès de rang (104-91) à Auburn Hill face aux Pistons. Dallas fait plus fort encore avec une huitième victoire consécutive à Salt Lake City, sur le parquet des Jazz (93-81) au cours de laquelle Ian Mahinmi s'illustre a minima (2 pts en 1 minute). La stat Joakim Noah n'a pas profité du déplacement des Bulls à Boston pour dominer son ennemi intime Kevin Garnett. Mais en plus de la victoire des Celtics sur Chicago (104-92), le "Big Ticket" a livré un match énorme face au Français en compilant 20 points, 17 rebonds et 6 passes décisives. Sans doute que l'intérieur des C's avait eu vent des récentes déclarations de Noah le traitant de "sale type", des propos faisant suite au trash-talking un poil déplacé de Garnett à l'encontre de Charlie Villanueva qu'il aurait traité de cancéreux. On a en effet connu déclaration plus classe...