Parker on fire

  • A
  • A
Parker on fire
Partagez sur :

Tony Parker a littéralement flambé la nuit dernière devant Memphis. Auteur de 37 points et 9 passes décisives notamment, le meneur des Spurs a porté les Spurs vers un huitième succès de rang (112-106). Les stars étaient au rendez-vous cette nuit puisque LeBron James (32 points) et ses lieutenants Chris Bosh et Dwyane Wade (20 points chacun) ont eu raison de Washington pour une 12e victoire consécutive du Heat.

Tony Parker a littéralement flambé la nuit dernière devant Memphis. Auteur de 37 points et 9 passes décisives notamment, le meneur des Spurs a porté les Spurs vers un huitième succès de rang (112-106). Les stars étaient au rendez-vous cette nuit puisque LeBron James (32 points) et ses lieutenants Chris Bosh et Dwyane Wade (20 points chacun) ont eu raison de Washington pour une 12e victoire consécutive du Heat. Le match de la nuit : San Antonio-Memphis (112-106) Certes Tony Parker s'est fait voler la vedette par Kevin Love cette nuit outre-Atlantique. Flanquée de 43 points et 17 rebonds, la gâchette des Timberwolves a crevé l'écran à Denver, ce qui n'a pas empêché les Nuggets de triompher (115-113). Mais la performance du meneur français, décisive elle, ne sera certainement pas passée inaperçue. Plus habile notamment que le champion du monde américain pointé à 14 sur 23 - 15 de ses 21 shoots ayant fait mouche -"TP" a rendu une feuille de stats complète face à Memphis: 37 points, 9 passes, 2 rebonds et 1 interception en 41 minutes. En termes de points rapportés à son équipe, le meneur des Spurs n'avait plus été aussi efficace depuis une sortie devant Golden State en novembre 2009. Et comme il a su joindre l'utile à l'agréable, en réunissant 16 de ses 37 unités dans le seul quatrième quart-temps, l'intéressé a sans doute réalisé son meilleur match de la saison face à des Grizzlies qui ont pourtant chèrement vendu leur peau. Lionel Hollins, le coach de Memphis, ne s'y trompait pas à l'issue de la partie et désignait le Français comme seul responsable du revers de ses troupes. Une défaite concédée sur le fil, après prolongation (112-106), qui correspond également à la 23e victoire de San Antonio en saison régulière - la huitième de rang - pour seulement trois déconvenues. Aucune franchise ne fait mieux pour l'heure, pas même Boston aux antipodes du pays. Les Français de la nuit: Outre Tony Parker - Nicolas Batum et Kévin Séraphin étant sur le flanc ou convalescents - seul Ronny Turiaf était de sortie cette nuit parmi les Bleus exilés aux Etats-Unis. Avec 15 minutes de crédit, le Knick a fait son match, compilant 6 points, 6 rebonds, 3 passes, 1 interception et 1 contre face aux Cavaliers. Un rendement trop modeste cependant pour peser sur la rencontre et épargner à New York une défaite Cleveland (109-102). Du coup, c'est encore Mickaël Pietrus qui sans jouer a le plus fait parler de lui. Orlando l'ayant échangé, lui, Vince Carter et Marcin Gortat plus trois millions de dollars contre Hedo Turkoglu, Jason Richardson et Earl Clark en provenance de Phoenix. Le Magic s'étant par ailleurs séparé de Rashard Lewis pour accueillir Gilbert Arenas dans le cadre d'un deal avec Washington. La stat: 12 12, comme l'impressionnante série victorieuse en cours du Heat. Il y a deux jours, les Celtics avaient eux-mêmes signé un 12e succès consécutif contre Atlanta, les Floridiens ont su suivre les leaders de la conférence Est à la trace, cette nuit, s'imposant à Washington (94-95). Auteur d'un début de saison régulière poussif marqué par huit revers sur ses 17 premières sorties, Miami a néanmoins dû se faire violence pour suivre le rythme. Menés de 4 points à moins de 20 secondes du buzzer, les LeBron James et consorts sont parvenus à renverser la vapeur in extremis, avec 32 points du King à la clef - 20 de ses vassaux Chris Bosh et Dwyane Wade, tous deux décisifs dans le money time. De quoi prendre un peu plus de hauteur à l'Est, juste derrière Boston. D'autant que Chicago et Orlando ont de leur côté subi la loi des Los Angeles Clippers (99-100) et de Philadelphie (89-97).