Parker et les Spurs impitoyables

  • A
  • A
Parker et les Spurs impitoyables
Partagez sur :

Spurs et les autres... Car c'est bien un gouffre qui sépare désormais, dans la Conférence Ouest, San Antonio de ses poursuivants. Les Texans l'ont encore confirmé ce dimanche en prenant le meilleur sur les Nuggets 110-97 avec notamment 30 points de Tony Parker. Peu avant, les Lakers avaient en revanche rechuté à l'occasion du derby de L.A. en s'inclinant 99-92 face aux Clippers...

Les Spurs et les autres... Car c'est bien un gouffre qui sépare désormais, dans la Conférence Ouest, San Antonio de ses poursuivants. Les Texans l'ont encore confirmé ce dimanche en prenant le meilleur sur les Nuggets 110-97 avec notamment 30 points de Tony Parker. Peu avant, les Lakers avaient en revanche rechuté à l'occasion du derby de L.A. en s'inclinant 99-92 face aux Clippers... Le match de la nuit Ces Spurs millésime 2011 ne lâchent rien. Et ce ne sont pas 12 points de retard dès l'entame du deuxième quart qui pouvaient faire vaciller le leader maximus de la Ligue. Les hommes de Greg Popovich ont d'ailleurs eu vite fait de la démontrer puisque six minutes leur ont suffi à faire voler en éclat les bonnes intentions de leurs visiteurs. Car si les Nuggets ont un temps pu croire à l'exploit après s'être échappé 32-20 après un 8-0 pour débuter le second acte, la réponse des Texans a en effet été des plus cinglantes, San Antonio passant un 33-7 forcément renversant. Et la réponse a été collégiale puisque les Spurs ont alors offert une démonstration de force collective. Néanmoins, après des premières banderilles signées Manu Ginobili et Gary Neal, c'est bien Tony Parker qui a été le plus convaincant, le Français initiant notamment un 19-0 avec 8 points, 3 rebonds et 1 passe décisive pour un tir primé de George Hill en à peine plus de deux minutes. Une dernière pénétration juste avant la pause, le Parisien rejoignant ainsi les vestiaires avec 16 points au compteur, et le sort de la rencontre était d'ores et déjà scellé en dépit du trois points de Ty Lawson à la sirène. Nantis de 12 longueurs d'avance à mi-parcours, les Texans n'avaient dès lors plus qu'à gérer. Ce qui fut fait et bien fait. A tel point que l'écart allait continuer d'enfler au fil des minutes, flirtant même avec la barre des 20 points dans la dernière ligne droite. La faute notamment à TP puisque le Parisien ne baissait pas de pied, enquillant ainsi deux tirs primés à la suite dans les ultimes minutes pour terminer avec 30 points à 11 sur 15 aux tirs et 7 rebonds. Aussi, dans son sillage, ses compères du Big Three avaient beau avoir plus de mal, à l'image d'un Manu Ginobili, certes à 18 points mais à 5 sur 15 aux tirs, ou d'un Tim Duncan qui restait bloqué à 9 points et 16 rebonds, San Antonio passait une soirée des plus tranquilles, conclue par un succès 110-97. Car ce ne sont pas les 18 points d'Al Harrington qui allaient faire oublier la nouvelle faillite (12 points à 5 sur 17) d'un Carmelo Anthony l'esprit déjà ailleurs... Surtout face à des Spurs de plus en plus confortablement installés au sommet de la Ligue, les Texans ayant profité de la visite des Nuggets pour signer une sixième victoire consécutive et accroître son avance sur leurs dauphins, les Lakers, défaits, ce dimanche, par leurs voisins des Clippers pointant désormais à cinq victoires... Les chiffres de la nuit 7. Sept, ça suffit ! Alors qu'ils restaient sur une série gagnante de sept succès consécutifs, les Lakers ont calé à l'occasion du derby de Los Angeles. Kobe Bryant a pourtant rendu 27 points et 9 rebonds, Andrew Bynum compilé 18 points et 13 rebonds et les champions en titre fait la course en tête jusque dans les cinq dernières minutes. Las, ce sont bien les Clippers qui ont eu le dernier mot face à leurs voisins, l'emportant 99-92 avec notamment 18 points-15 rebonds du rookie prodige Blake Griffin et 30 points de son compère Eric Gordon. Griffin a d'ailleurs été particulièrement décisif en toute fin de match, de même que Randy Foye, auteur de 6 de ses 9 points au cours des trois dernières minutes. 4. Pau Gasol, renvoyé sur le banc pour six fautes à deux minutes de la fin n'aura pas été le seul acteur du derby à ne pas finir la rencontre. Cinq secondes restaient en effet à jouer et si la victoire des Clippers semblait d'ores et déjà entendue, les derniers instants du derby de L.A. ont en effet été particulièrement agités. La faute à une poussette un peu trop appuyée de Blake Griffin sur Lamar Odom alors que les deux hommes luttaient pour la position au rebond sur un lancer-franc. L'intérieur des Lakers régissant un peu trop vertement, Baron Davis y allant de son mauvais geste sur l'ancien Clipper, ce sont finalement quatre joueurs à être éjectés, Ron Artest accompagnant les trois hommes aux vestiaires.