Parker en Pro A !

  • A
  • A
Parker en Pro A !
Partagez sur :

Après Nicolas Batum (Nancy), Pape Sy (Gravelines-Dunkerque) et Boris Diaw (Bordeaux), c'est au tour d'un autre joueur NBA de rejoindre la France, et non des moindres puisqu'il s'agit de la plus grande star du basket tricolore. Tony Parker, triple champion outre-Atlantique, confirme mercredi dans la presse qu'il jouera avec l'Asvel, club dont il est vice-président, durant la durée du lock-out.

Après Nicolas Batum (Nancy), Pape Sy (Gravelines) et Boris Diaw (Bordeaux), c'est au tour d'un autre joueur NBA de rejoindre la France, et non des moindres puisqu'il s'agit de la plus grande star du basket tricolore. Tony Parker, triple champion outre-Atlantique, confirme mercredi dans la presse qu'il jouerait avec l'Asvel, club dont il est vice-président, durant la durée du lock-out. Son retour sur les parquets de Pro A, dix ans après, est prévu pour le 14 octobre lors de la deuxième journée. Le championnat de France de basket-ball peut dire merci à son homologue américain. Le lock-out qui touche actuellement la NBA, et qui est parti pour durer si l'on se réfère aux dernières réunions, va ramener Tony Parker sur les parquets de Pro A, dix ans après avoir quitté le Paris Basket pour tenter la grande aventure outre-Atlantique. Le meneur de jeu des San Antonio Spurs, avec qui il est devenu trois fois champion (2003, 2005, 2007), officialise ce mercredi dans la presse française qu'il jouera avec Villeurbanne tant que le championnat nord-américain sera en veille. Une aubaine pour le basket français qui a déjà enregistré les retours de Nicolas Batum (Nancy), Pape Sy (Gravelines) et Boris Diaw (Bordeaux). Un salaire de 1.500 euros par mois... Actionnaire et vice-président de l'Asvel depuis plus de deux ans, Parker avait déjà soulevé l'idée de donner un coup de main aux Verts si le lock-out se prolongeait. Mais c'est financièrement que les choses semblaient délicates au point que la vedette de l'équipe de France, vice-championne d'Europe depuis le mois dernier, avait estimé il y a peu à 1% ses chances de revenir dans l'Hexagone. La donne a changé, et TP s'en est expliqué auprès de RMC Sport. "Je jouerai en France pour un salaire minimum. Je vais gagner 1500 euros par mois, déclare celui qui en NBA amasse des millions de dollars. Je paie de ma propre poche mon assurance." Une chance pour l'Asvel qui ne pouvait pas prendre en charge l'assurance du joueur, estimée à environ 200 000 euros sur trois mois. Pour la Pro A, dont le pouvoir d'attraction s'est affaibli ces dernières années, le retour de l'enfant prodige est un cadeau venu du ciel. Avec l'image et l'aura de Parker, la Ligue peut se frotter les mains à deux jours de l'ouverture de la saison. Parker ne sera pas prêt pour débuter samedi à Roanne mais devrait bien être d'attaque le vendredi 14 octobre lors de la venue à Villeurbanne du Paris-Levallois à l'occasion de la deuxième journée. L'Astroballe devrait très vite afficher complet, comme partout où le meneur de jeu de l'équipe de France se rendra. Un plaisir dont les fans devront se délecter puisqu'il pourrait ne durer que quelques semaines. A moins que la saison NBA ne soit purement et simplement annulée.