Paris y a cru

  • A
  • A
Paris y a cru
Partagez sur :

BASKET - Paris-Levallois s'est incliné pour la première fois de la saison, vendredi, face à Nancy (76-77).

Invaincu après deux journées, le Paris-Levallois s'est incliné d'un petit point sur son parquet face à Nancy vendredi soir en match avancé de la 3e journée de Pro A (76-77). Les Franciliens, qui ont parfois compté plus de quinze points de retard, ont effectué un joli mais insuffisant retour dans le dernier quart, dans le sillage de Vassallo (22 points).Les Parisiens attendaient ce match comme un révélateur, et ils ont été servis. Défaits d'un souffle par une formation lorraine en nets progrès (76-77), les hommes de Jean-Marc Dupraz ont touché du doigt ce qui les séparait encore d'une équipe habituée à fréquenter le haut du tableau en Pro A. Menés de 14 unités à l'entame du dernier quart, leur retour héroïque dans le dernier acte, dans le sillage de l'épatant duo Vassallo-Hamilton (22 et 21 points), laisse toutefois les promus optimistes.Annoncé comme une vraie révélation et autoproclamé MVP de la saison, Angel Daniel Vassallo n'aura lui déçu qu'une mi-temps, la première, avant de prendre feu dans le dernier quart, pour le plus grand plaisir d'une enceinte de Coubertin où les drapeaux portoricains commencent à fleurir. Mais c'est au final le Nancéien Kaniel Dickens qui sort grand vainqueur de cette soirée, avec une insolente réussite (24 points à 6/10 aux tirs primés, 7 rebonds), lui qui a littéralement assommé ses adversaires lors du deuxième quart-temps, pour le plus grand plaisir de ses coéquipiers. Défaits à Poitiers en ouverture de la saison, les joueurs du Sluc ont donc confirmé la victoire acquise la semaine dernière à Strasbourg, tenant bon dans le money-time malgré le retour des locaux.L'erreur de KarangwaL'entame de cette rencontre était un concours de maladresse de part et d'autre et il fallait patienter deux minutes pour assister au premier panier du match, un alley-oop de Ricardo Greer pour Marcus Slaughter. Un duo qu'on retrouvait pour infliger un 9-0 aux Franciliens (13-5, 6e). Prosper Karangwa relançait les siens (14-9, 9e), mais ce sont bien les Couguars qui viraient en tête (16-11). C'était alors l'heure du show Dickens, qui inscrivait 11 points en cinq minutes avec notamment deux tirs primés consécutifs (31-15, 15e). Paris prenait l'eau malgré les tirs à trois points des Américains Prowell et Hamilton (35-27, 18e), et Dickens en remettait en couche pour donner treize points d'avance aux siens à la pause (40-27).Hamilton inscrivait alors cinq points d'affilée pour remettre les joueurs du PL dans le coup (40-32, 21e), mais, là encore, Dickens puis Jeff Greer éteignaient la révolte (49-34, 24e), avant que l'intenable numéro 7 lorrain ne démoralise encore le public parisien à trois points (59-45). Vassallo sortait de sa boîte pour rentrer des tirs incroyables en première intention, comme ce shoot primé dans le corner après un 13-2 infligé aux Lorrains (67-63, 35e). Le jeune Albicy s'y mettait lui aussi (69-67, 37e), avant que le Portoricain ne rentre trois lancers pour ramener le club francilien à -1 (70-71, 28e). Mais l'ancien de Virginia Tech, trop gourmand, perdait la balle de match avant que Karangwa ne manque inexplicablement une remise en jeu sur laquelle les Parisiens pouvaient prendre les commandes dans les dernières secondes. Et malgré un dernier tir primé de Prowell (77-76), les Nancéiens conservaient donc ce court mais précieux succès face à une équipe qui pourrait encore faire parler d'elle cette saison.