Paris, un point c'est tout

  • A
  • A
Paris, un point c'est tout
Partagez sur :

Le Paris Saint-Germain a vécu une drôle de rencontre ce dimanche sur le terrain de Brest lors de la 32e journée (2-2). Les Parisiens ont en effet mené, Coupet s'est blessé, Brest a renversé la vapeur avant que le PSG n'arrache finalement un point en fin de rencontre ! A l'arrivée, si Paris n'est pas malheureux et revient provisoirement sur Lyon au classement, il perd 2 points dans la course à la Ligue des champions.

Le Paris Saint-Germain a vécu une drôle de rencontre ce dimanche sur le terrain de Brest lors de la 32e journée (2-2). Les Parisiens ont en effet mené, Coupet s'est blessé, Brest a renversé la vapeur avant que le PSG n'arrache finalement un point en fin de rencontre ! A l'arrivée, si Paris n'est pas malheureux et revient provisoirement sur Lyon au classement, il perd 2 points dans la course à la Ligue des champions. "Dans le contexte du match, c'est un point de gagné. Mais c'est dommage..." Claude Makelele avait du mal à masquer sa déception, à l'antenne de Foot+, à l'issue du match nul concédé par les Parisiens à Brest (2-2). Paris ne sait tout simplement pas faire preuve de la régularité nécessaire pour s'éviter une perpétuelle course-poursuite. L'objectif Ligue des champions était effectivement dans toutes les têtes parisiennes avant cette rencontre au stade Francis-Le Blé. De fait, les hommes d'Antoine Kombouaré débutent correctement la rencontre et trouvent assez rapidement l'ouverture sur une combinaison sur coup franc entre Nenê et Bodmer, le Brésilien servant son compère qui ouvre le score d'une frappe au premier poteau (1-0, 21e). Malgré la réaction bretonne, le PSG semble bien en place. Hoarau sert Clément lancé qui oblige Elana à une parade (24e) avant que Tiéné ne mette le portier breton à contribution d'une frappe au premier poteau (25e). Les Parisiens tiennent la rencontre, tout du moins jusqu'à ce que Coupet ne ressente une douleur au dos et cède sa place à Edel (34e). Coupet, la sortie qui change tout Le portier remplaçant n'a pas le temps de toucher un ballon qu'il décide de sortir loin de son but pour contrer Touré. Dans son élan, il emporte son adversaire et concède un penalty. Grougi s'y colle, Edel effectue une belle parade et repousse mais Touré a suivi et égalise (1-1, 37e). Tout est à refaire pour des Franciliens qui se remettent dans le bon sens avec un centre de Jallet pour Hoarau qui ne cadre pas avant que Bodmer ne cadre pas une reprise en forme de missile en pleine surface (43e). Mais Brest n'est pas en reste, et si la reprise de Baysse frôle le poteau d'Edel, les Bretons vont surprendre une deuxième fois les Parisiens lorsque Nolan Roux lance le contre, Touré part en relais et sert Grougi qui double la mise (2-1, 45e). Edel n'est pas impeccable, sa défense non plus puisque le buteur s'infiltre entre les deux centraux. "Non, ce n'est pas de sa faute, c'est de notre faute à nous. On commet deux erreurs qu'on paye cash, on leur offre deux buts. Il faut savoir mal jouer et prendre des points", lâche Makelele. Ce ne sera qu'un point pour Paris. Un point pas si malheureux car en deuxième période, les opportunités ne sont pas légion. Nenê et Bodmer refont la même combinaison mais ça passe à côté (66e), le Brésilien tente alors un coup franc direct qu'Elana boxe des poings (69e). Et si Paris aurait pu bénéficier d'un penalty suite au coup de coude volontaire de Kantari sur Hoarau en pleine surface, le but égalisateur va finalement venir du jeune Bahebeck dont le centre est repris par Hoarau (2-2, 87e). Et si le même Bahebeck envoie un missile qu'Elana capte bien (90e+2), Paris doit bel et bien se contenter d'un petit point qui ne conviendra pas non plus aux Brestois. En cette fin de parcours, chaque unité vaut son pesant d'or. Et le PSG a clairement laissé la porte ouverte aux Lyonnais pour le podium.