Paris s'enfonce dans la crise

  • A
  • A
Paris s'enfonce dans la crise
Partagez sur :

Le Paris Saint-Germain avait l'opportunité de tourner le dos à son habituelle crise d'automne en obtenant un simple match nul à Salzbourg en Autriche. Le revers concédé (2-0) autant que la prestation médiocre compliquent sensiblement les perspectives de qualification en Ligue Europa et rappellent surtout que le mal est profond. Les ressorts semblent cassés et le PSG n'est plus que l'ombre de lui-même.

Le Paris Saint-Germain avait l'opportunité de tourner le dos à son habituelle crise d'automne en obtenant un simple match nul à Salzbourg en Autriche. Le revers concédé (2-0) autant que la prestation médiocre compliquent sensiblement les perspectives de qualification en Ligue Europa et rappellent surtout que le mal est profond. Les ressorts semblent cassés et le PSG n'est plus que l'ombre de lui-même. Les millions ne peuvent pas tout. Ou en tout cas pas immédiatement. Il existe des récurrences inébranlables qui viennent mettre à mal les projets les uns après les autres. Et même un Paris Saint-Germain au recrutement haut de gamme et qui figure en haut de classement de Ligue 1 n'y échappe pas. Depuis l'annonce de l'entrevue entre Carlo Ancelotti et Leonardo, l'équipe ne met plus un pied devant l'autre. Les deux rendez-vous cruciaux face à l'OM (0-3) et à Salzbourg ont été deux fiascos aux conséquences directes puisque le PSG n'est plus leader de la Ligue 1 tandis que les perspectives de qualification en Ligue Europa se sont en grande partie évanouies. Tout était pourtant réuni en Autriche pour que les "guerriers" de Kombouaré valident le ticket pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Les Parisiens, indigents en première période, ont non seulement perdu mais ils ont poussé le vice en encaissant un deuxième but au bout des arrêts de jeu qui offre la différence particulière à leur adversaire du jour. Du coup, un succès de Salzbourg face à la lanterne rouge du groupe, le Sloven Bratislava, et le club francilien passera à la trappe... Les maigres chances d'Antoine Kombouaré de conserver à terme les rênes de l'équipe parisienne dépendaient d'un sans-faute qui a volé en éclats. Les joueurs soutiennent Kombouaré Il n'est désormais plus question de savoir s'il restera mais plutôt combien de temps il restera à la tête de l'équipe parisienne. Nasser Al-Khelaifi qui était présent en Autriche n'a sans doute pas changé d'avis. Les dés étaient pipés d'entrée, cette série de trois revers de rang n'a fait qu'accélérer ce qui paraissait inévitable. Toutefois, en apparence tout du moins, le groupe apporte un soutien sans faille à son entraîneur. A commencer par un Claude Makelele dont le nom a pourtant été cité pour prendre éventuellement sa succession. "Il faut rester solidaire avec le groupe et l'entraineur afin d'avancer. Il faut se concentrer sur le match de dimanche car il sera très, très important. Il faut oublier ce math, on est passés à côté, et se remobiliser car le championnat reste la priorité. (...) Les joueurs doivent prendre leur responsabilité et se remettre en question. (Antoine Kombouaré) a mon soutien. On est tous derrière lui", a expliqué au Parisien, l'ancien capitaine dans les couloirs du stade de la Red Bull Arena. Un soutien confirmé par Blaise Matuidi: "On est tous derrière lui. Dans une saison il y a des bonnes et des moins bonnes périodes, on va continuer à travailler tous ensemble, staff compris" ou encore par Zoumana Camara qui lâche: "Tout ce qui s'est passé autour du coach pour moi c'est une excuse, nous (les joueurs) on est sur le terrain et on doit être capable de faire ce qu'il faut. Tout est entre nos pieds, cela ne dépend que de nous." S'ils n'ont pas lâché leur entraîneur, les Parisiens ont manqué la seule véritable manière de le soutenir, c'est-à-dire en gagnant sur le terrain. Mais en perdant tant de duels et en effectuant autant de mauvais choix, comment espérer mieux ? Paris se tourne désormais vers un duel face à une équipe d'Auxerre qui ne va pas mieux. Un succès n'est pas seulement nécessaire mais tout simplement primordial afin de ne pas continuer à anéantir les effets d'un début de saison canon.