Paris s'arrache, Lille s'éclate

  • A
  • A
Paris s'arrache, Lille s'éclate
@ Montage Maxppp
Partagez sur :

LA L1 EN UN CLIC - Paris arrache le nul à Lorient. Lille écrase Caen (5-2).

La "Ravanelli" de Gomis. Treize ans après, le fantôme de l'ancien attaquant de l'OM a plané sur Gerland. Lancé sur le côté droit de la surface de réparation, Bafétimbi Gomis s'écroule après un auto-croche-pied. Comme le défenseur du PSG Eric Rabesandratana en novembre 1997, le Niçois Ismaël Gace touche le pied de l'attaquant mais sans jamais le déséquilibrer. L'arbitre siffle un penalty,... manqué par Michel Bastos. L'OL s'impose néanmoins (1-0). À lire : L'OL engrange

Spectacle au Moustoir. Entre un Lorient adepte du beau jeu et un PSG séduisant, le spectacle a été permanent, dimanche soir, au Moustoir. Le gardien des Merlus, Fabien Audard, a longtemps retardé l'échéance avec deux parades exceptionnelles sur des têtes de Hoarau et de Bodmer. C'est finalement du pied que le PSG est parvenu à égaliser grâce à Nenê. A lire : Paris ne voulait pas perdre

Auxerre inarrêtable. L'AJ Auxerre a battu Rennes (2-1) et signe un sixième succès en sept matches toutes compétitions confondues. Comme le PSG, les Bretons ont manqué l'occasion de s'emparer de la tête du championnat. Les Bourguignons gagnent cinq places et sont désormais 8es...

Brest au ralenti. Brest est toujours leader, mais Brest n'avance plus. Une semaine après avoir été sèchement battu par Lille (3-1), le Stade a cette fois dû se contenter du point du match nul face à Sochaux (1-1). Après avoir aligné huit matches sans prendre de but, les Bretons viennent d'en prendre quatre en deux matches. Et lors des trois prochaines rencontres, ils vont devoir se déplacer à deux reprises, à Rennes puis au Parc des princes. À lire :Brest, leader en danger

Gignac sous les sifflets. Visiblement, le triplé d'André-Pierre Gignac en Ligue des champions à Zilina (7-0) n'a pas comblé les attentes du public marseillais. L'ancien buteur du TFC, remplacé par Brandao à un peu plus d'un quart d'heure face à Lens (1-1), est sorti sous la bronca. Son rendement en championnat - un but en dix rencontres - ne plaide pas pour lui. À lire :L'OM piétine

Thiriez, cible marseillaise. Trois jours après avoir démontré leur colère contre Frédéric Thiriez à l'occasion du quart de finale de la Coupe de la Ligue face à Monaco (2-1), les supporters de l'OM n'étaient toujours pas calmés. Ils s'en sont encore pris au président de la LFP en demandant sa démission via des chants ou sur une banderole déployée dans le virage Nord : "Thiriez, notre obsession : ta démission". Pas dit, en revanche, que l'avenir du président de la LFP soit l'obsession de Didier Deschamps actuellement...

Le show Sow. Trois buts en vingt minutes, Moussa Sow a écoeuré le Stade Malherbe de Caen à lui tout seul en fin de première période (score final : 5-2). L'attaquant sénégalais, arrivé cet été de Rennes sans faire de bruit, est en train de s'imposer comme ue valeur sûre au sein de l'attaque mitraillette du LOSC. Après avoir fait sauter le verrou brestois la semaine dernière, les Lillois semblent être repartis sur les mêmes bases que l'an dernier (72 buts inscrits en 2009-10, déjà 22 cette saison). Ils sont désormais 2es.

Le but-fantôme de Bordeaux. Les Girondins de Bordeaux ont battu Nancy (2-1) samedi soir en ayant inscrit seulement... un but. On joue la dernière minute. Sur un coup franc de Miroslav Plasil, Wendel dévie le ballon de la main. Le cuir vient rebondir sur le poteau, ce qui n'empêche pas M. Varela d'accorder le but, malgré l'arrêt de Damien Grégorini. Un cinquième arbitre aurait-il empêché cette erreur ? La vidéo est-elle l'avenir du football ? L'éternel débat est ouvert. En attendant, les Nancéiens l'ont mauvaise. À lire :Bordeaux remercie l'arbitre

Tigana, toute première fois. Le coach des Girondins de Bordeaux, Jean Tigana, a été exclu pour la première fois de sa carrière, samedi. "Ce soir (samedi soir), je garderai juste la déception de mon expulsion, parce que, entre joueur et entraîneur, ça ne m'était jamais arrivé. (...) En 35 ans de professionnalisme, il fallait bien que ça m'arrive une fois." Mécontent de la décision arbitrale sur le but nancéien, le coach girondin a assisté à la victoire des siens depuis les gradins.

La météo fait encore des siennes. Deux semaines après une 11e journée fortement perturbée, les pluies ont une nouvelle fois entraîné le report d'un match, cette fois celui de Valenciennes - Saint-Etienne. En raison de flaques d'eau de 5 à 10 cm, l'arbitre de la rencontre, M.Rainville - "la ville de la pluie" en anglais, ça ne s'invente pas - a jugé le terrain impraticable. Et dire que l'hiver approche...