Paris peut crier au vol

  • A
  • A
Paris peut crier au vol
Partagez sur :

Les Parisiens peuvent se sentir lésés. Dans l'incapacité de se rendre à Nice mardi dernier pour y disputer un match de la 11e journée de Ligue A, le club de la capitale s'est vu confirmer son forfait ce jeudi par la Commission sportive de la Ligue nationale de volley-ball. Une sanction accompagnée d'un retrait de trois points au classement alors que les coéquipiers de Jiri Novak avaient tout tenté pour rallier la Côte d'Azur malgré les intempéries et les problèmes liés aux transports. Dur.

Les Parisiens peuvent se sentir lésés. Dans l'incapacité de se rendre à Nice mardi dernier pour y disputer un match de la 11e journée de Ligue A, le club de la capitale s'est vu confirmer son forfait ce jeudi par la Commission sportive de la Ligue nationale de volley-ball. Une sanction accompagnée d'un retrait de trois points au classement alors que les coéquipiers de Jiri Novak avaient tout tenté pour rallier la Côte d'Azur malgré les intempéries et les problèmes liés aux transports. Dur. La Commission sportive de la Ligue nationale de volley-ball a tranché sans état d'âme. Réunie ce jeudi, elle a décidé de sanctionner d'un forfait le Paris Volley qui, mardi soir, n'était pas présent à Nice à 20 heures au moment auquel devait être donné le coup d'envoi de l'une des sept affiches de la 11e levée de Ligue A. Et pour cause, le vol censé amener les Parisiens sur la Côte d'Azur avait été purement et simplement annulé à 7 heures du matin en raison des conditions météorologiques. Pas prioritaires sur les vols suivants, sachant que des passagers étaient en attente depuis la veille, les partenaires de Jiri Novak ont alors tenté de faire le trajet en train, là aussi sans succès. Dans un entretien accordé à L'Equipe, l'entraîneur Mauricio Paes avait ainsi déclaré "avoir tout tenté, sauf de prendre la voiture. Mais ce n'était pas très sérieux." Difficile de le contredire. Visiblement, la Commission sportive de la LNV n'a retenu aucun de ces arguments, appliquant à la lettre un point de règlement quelque peu contestable. Car en plus de donner match perdu aux Parisiens, avec une sanction financière en prime, elle a décidé de lui retrancher trois points au classement, faisant glisser le Paris Volley de la 5e à la 10e place ! Une décision évidemment difficile à recevoir, et on imagine mal le club parisien ne pas faire appel sous les cinq jours. Dans le championnat féminin, les joueuses de Calais ont connu pareil désagrément après avoir été contraintes, samedi dernier, de renoncer à leur déplacement à Cannes pour les mêmes raisons.