Paris-Nice à l'heure du chrono

  • A
  • A
Paris-Nice à l'heure du chrono
Partagez sur :

Une fois n'est pas coutume, Paris-Nice, dont le départ est prévu dimanche, ne débutera pas par un prologue. En revanche, les coureurs qui prendront part à la Course au soleil auront droit à un contre-la-montre de 27 kilomètres près d'Aix-en-Provence, à l'occasion de la sixième étape. Un rendez-vous qui pourrait s'avérer décisif dans l'optique de la victoire finale.

Une fois n'est pas coutume, Paris-Nice, dont le départ est prévu dimanche, ne débutera pas par un prologue. En revanche, les coureurs qui prendront part à la Course au soleil auront droit à un contre-la-montre de 27 kilomètres près d'Aix-en-Provence, à l'occasion de la sixième étape. Un rendez-vous qui pourrait s'avérer décisif dans l'optique de la victoire finale. C'est l'un des premiers grands rendez-vous de l'année. Deuxième épreuve du calendrier World Tour, après le Tour Down Under, disputé en janvier en Australie, Paris-Nice s'élancera dimanche de Houdan, dans les Yvelines, pour une semaine de course palpitante. Si l'organisateur (ASO) a décidé de supprimer le traditionnel prologue, l'effort individuel ne sera pas absent de cette 69e édition. Il en sera même un des principaux temps forts lors de la sixième étape prévue le 11 mars avec un contre-la-montre de 27 kilomètres entre Rognes et Aix-en-Provence. Un chrono qui a aiguisé l'appétit de nombreux rouleurs, qui y ont vu l'occasion de pouvoir remporter la Course au soleil. Vainqueur en février du Tour d'Algarve, Tony Martin (HTC) se verrait bien finir en jaune sur la Promenade des Anglais. Mais il n'est pas le seul. Le jeune prodige slovaque, Peter Sagan (Liquigas-Cannondale), vainqueur de deux étapes sur Paris-Nice la saison dernière et du Tour de Sardaigne il y a deux semaines, nourrit de hautes ambitions, tout comme Bradley Wiggins (Sky) ou encore Luis Leon Sanchez (Rabobank), vainqueur en 2009 devant Frank Schleck (Leopard Trek), qui sera aussi de la partie. Des étapes qui pourraient sourire aux puncheurs Mais ce contre-la-montre en terre provençale ne sera pas le seul temps fort de la semaine. Après deux premières étapes de plat qui devraient permettre aux sprinteurs, tels que l'Australien Matthew Goss (HTC), de s'exprimer, les puncheurs pourront profiter des 3e, 4e et 5e étapes, disputées entre les départements de la Côte-d'Or, de la Loire et de l'Ardèche, pour tenter de faire la différence. Des profils d'étape qui pourraient parfaitement convenir à Alexandre Vinokourov (Astana), mais aussi à des coureurs français tels que Sylvain Chavanel (Quick-Step), Thomas Voeckler (Team Europcar), David Moncoutié (Cofidis), Pierrick Fédrigo (FDJ) ou encore Jean-Christophe Péraud (AG2R), neuvième l'an dernier. La septième et avant-dernière étape disputée entre Brignoles et Biot a également dû donner des idées à certains coureurs. Vainqueur l'an dernier, son deuxième succès après celui acquis en 2007, Alberto Contador ne pourra pas en revanche défendre son titre. De retour dans les pelotons après que sa suspension ait été levée par la fédération espagnole, l'Espagnol s'estime trop court pour rivaliser avec un tel plateau. Le leader de la Saxo-Bank se contentera ce week-end du Tour de Murcie. Son principal rival sur le Tour de France, Andy Schleck, a choisi quant à lui l'Italie avec la Strade Bianche samedi, suivi de Tirreno-Adriatico.