Paris-Levallois, "soit Noah, soit Ajinça"

  • A
  • A
Paris-Levallois, "soit Noah, soit Ajinça"
Partagez sur :

Deuxième ex aequo de Pro A, Paris-Levallois pourrait, comme l'Asvel, Nancy ou Le Havre, accueillir un NBAer français durant le lock-out. En contact avec le père de Joakim Noah, le club francilien a mis à l'essai Alexis Ajinça pendant une semaine. Mais le coach du PL, Christophe Denis, n'a pas l'air plus tenté que ça par le recrutement de l'intérieur des Toronto Raptors...

Deuxième ex aequo de Pro A, Paris-Levallois pourrait, comme l'Asvel, Nancy ou Le Havre, accueillir un NBAer français durant le lock-out. En contact avec le père de Joakim Noah, le club francilien a mis à l'essai Alexis Ajinça pendant une semaine. Mais le coach du PL, Christophe Denis, n'a pas l'air plus tenté que ça par le recrutement de l'intérieur des Toronto Raptors... Le retour au premier plan de Paris-Levallois n'est pas que sportif. Il est aussi médiatique. Auteur d'un début de saison prometteur en Pro A, dont il occupe la deuxième place en compagnie de Gravelines-Dunkerque, Chalon-sur-Saône et du Mans avec trois victoires en quatre matches, le PL fait également le buzz sur le marché des transferts. Il pourrait, lui aussi, accueillir un joueur français exilé en NBA le temps que le lock-out soit réglé. Et ce joueur, s'il signe, sera normalement un intérieur. Le président du club francilien, Francis Flamme, aurait bien voulu que ce soit Joakim Noah. "L'unique contact que l'on ait eu avec Joakim fut par l'intermédiaire de son père, a-t-il indiqué lundi sur RMC. Yannick devait nous rappeler mais pour l'instant nous n'avons pas de retour. Le joueur attend surtout de savoir si le lock-out va durer. Maintenant, cela ne dépend pas de nous mais de Joakim. Pour l'instant, c'est une piste qui est au point mort. Je ne tire pas une croix, j'attends simplement de connaître sa position." Denis gardera Ajinça "si son apport est réel"... Sa position, le pivot des Chicago Bulls l'avait déjà donnée lors d'un "chat" organisé sur Orange Sport à l'issue de l'Euro 2011 auquel il avait participé avec les Bleus: "Si je reviens en France, c'est sûr que ce sera à Levallois... J'y ai commencé en tant que poussin !" Il évoluait alors sous les ordres de Ron Stewart, aujourd'hui entraîneur-adjoint de Paris-Levallois. Alors, "Jooks" a-t-il réellement des chances de signer au PL ? Ce n'est, pour l'instant, pas la piste la plus chaude. L'autre option, plus concrète, se nomme Alexis Ajinça. L'intérieur des Toronto Raptors (23 ans, 2,13 m) a atterri ce mardi matin à Paris et s'entraînera une semaine avec les hommes de Christophe Denis. Une mise à l'essai, en quelque sorte. "Il nous a contactés directement, a révélé Francis Flamme lundi. On doit prendre la décision dans les deux jours à venir. Lui souhaite venir dans notre club. Il mesure 2,13 m, il pourrait apporter un plus mais on ne voulait pas bloquer la piste Joakim Noah. Donc, ce sera soit Noah, soit Ajinça mais pas les deux." Les raisons sont évidemment financières. Mais pas seulement. Christophe Denis tient, lui, à sa dynamique de groupe qu'il ne veut pas perturber avec l'arrivée pendant quelques semaines d'un intérieur, secteur dans lequel son équipe est performante. "On n'est pas particulièrement à la recherche d'un renfort mais on va voir comment ça va se passer, a-t-il expliqué dans Le Parisien. On ne veut pas avoir de regrets. Si son apport est réel, on verra si on peut financièrement le garder."