Paris, l'heure des regrets

  • A
  • A
Paris, l'heure des regrets
Partagez sur :

Le Paris Saint-Germain a donc laissé passer sa chance de figurer sur le podium de la Ligue 1. Le club de la capitale, tenu en échec à Saint-Etienne au terme d'un match terne, échoue au pied du podium derrière une équipe de Lyon qui avait de toute manière assuré le coup en s'imposant à Monaco. Le PSG qui a souvent développé un jeu offensif attrayant cette saison peut s'en vouloir.

Le Paris Saint-Germain a donc laissé passer sa chance de figurer sur le podium de la Ligue 1. Le club de la capitale, tenu en échec à Saint-Etienne au terme d'un match terne, échoue au pied du podium derrière une équipe de Lyon qui avait de toute manière assuré le coup en s'imposant à Monaco. Le PSG qui a souvent développé un jeu offensif attrayant cette saison peut s'en vouloir. La dernière rencontre de la saison à Saint-Etienne symbolise parfaitement la saison du PSG. Les hommes d'Antoine Kombouaré ont tenté de jouer sur tous les tableaux, ils ont été en huitièmes de finale de la Ligue Europa, en demi-finale de la Coupe de la Ligue, en finale de la Coupe de France pour finalement échouer au pied du podium en Ligue 1. Aucun titre au compteur mais un vrai mieux dans le jeu. Des velléités offensives évidentes, un jeu attrayant mais un manque de réalisme coupable et surtout un effectif bien trop limité. Une évidence pour un PSG sur les rotules en fin de saison. Le mercato hivernal leur a coûté cher et sans une enveloppe conséquente, les Parisiens ne pourront guère espérer beaucoup mieux dans le futur. Paris a atteint des limites physiques qui lui ont valu quelques trous d'air qui ont forcément beaucoup compté sur la fin. "Nous n'avons pas fait le match qu'il fallait mais ce n'est pas face à Saint-Etienne que cela s'est joué. Nous avons connu un mois de mai difficile et un mois de mars avec des regrets. Nous n'avions plus trop de jus ce soir, mais nous réalisons quand même une très bonne saison", reconnaît Christophe Jallet, sur le site du club. Combler les départs et renforcer l'équipe Si dans l'ensemble le groupe parisien avait une vision positive de la saison, du moins dans le discours officiel, quelques sons de cloche rappellent heureusement que tout n'a pas été parfait. "Pour moi, ça reste une saison mitigée. A l'arrivée nous n'avons pas de trophée. Si on avait gagné la finale de Coupe de France et si on avait fini 3eme, cette fin de saison aurait eu une toute autre saveur", lâche ainsi Mamadou Sakho, compétiteur né et qui avait affirmé haut et fort son souhait de disputer la Ligue des champions avec le PSG. Le défenseur va s'envoler pour une petite campagne équipe de France avec des regrets. De fait, Paris a d'abord eu beaucoup de mal à gérer l'enchaînement Ligue Europa-Ligue 1 avant de vraiment s'installer parmi les candidats à la Ligue des champions. Les nombreuses occasions manquées, notamment en mars et en mai, seront forcément la source de gros regrets à l'heure des comptes. Une analyse nécessaire qui servira notamment à préparer la prochaine saison puisque le podium manqué invite le PSG à revivre le même type de saison avec la Ligue Europa au programme. Le manque d'effectif saute aux yeux mais ce sont les réalités financières du club qui vont dicter la politique du recrutement à venir. L'arrivée programmée des investisseurs qataris pourrait changer la donne. Un bol d'air qui tarde à se concrétiser mais qui apparaît nécessaire. D'autant que si le départ de Coupet a été anticipé avec l'arrivée annoncée de Douchez, celui d'un Makelele sera forcément plus dur à combler. L'expérience du milieu de terrain sur et en dehors du terrain a énormément compté. Sans Ligue des champions, le pouvoir de persuasion des dirigeants va être mis à rude épreuve.