Paris gâche l'Europe

  • A
  • A
Paris gâche l'Europe
Partagez sur :

Paris ou l'art de manquer ses rendez-vous ! Une semaine après avoir perdu 2-1 à Lisbonne en 8e de finale aller de la Ligue Europa, le PSG s'est fait sortir de la compétition en concédant un nul 1-1 jeudi au retour. Mais comme à l'aller, les joueurs d'Antoine Kombouaré ont gâché leurs chances en ratant deux énormes occasions par Erding et Hoarau. Prochain rendez-vous: dimanche au Vélodrome...

Paris ou l'art de manquer ses rendez-vous ! Une semaine après avoir perdu 2-1 à Lisbonne en 8e de finale aller de la Ligue Europa, le PSG s'est fait sortir de la compétition en concédant un nul 1-1 jeudi au retour. Mais comme à l'aller, les joueurs d'Antoine Kombouaré ont gâché leurs chances en ratant deux énormes occasions par Erding et Hoarau. Prochain rendez-vous: dimanche au Vélodrome... Comme prévu, le Parc était tout rouge. Depuis bien longtemps pour un match de Coupe d'Europe, l'enceinte parisienne n'avait connu une telle quantité de barrages filtrants à ses abords. Les plus de 40 000 spectateurs attendus sont bien venus et la porte de Saint-Cloud avait jeudi un fort accent portugais. En plus de la tribune visiteurs remplie à ras bord - ce qui est devenu une chose rare au Parc des princes - des maillots benfiquistes parsemaient également le reste des travées. Et les supporters du SCB ne sont pas venus pour rien, puisque Benfica est reparti avec le nul (1-1), et donc avec la qualification suite à sa victoire de l'aller. Une présence en quarts de finale qui ne s'est pas jouée à grand-chose et que Paris a finalement offerte sur un plateau à son rival, à force de manquer de réalisme, une fois de plus, une fois de trop, jugeront certains. Au fil des semaines, ce n'est plus une surprise. Mais c'est évidemment un problème, symbolisé par Erding qui a encore manqué une immense occasion. Mais aussi par Hoarau, qui a aussi gaspillé une balle de prolongation à dix minutes de la fin. Comme Erding, il était à deux mètres du but... Sans oublier Maurice, le joker, qui, sur le dernier ballon parisien, s'est fait un croche-pattes tout seul, alors que le but de la prolongation lui tendait les bras... Edel trop juste sur la frappe de Gaitan Peut-être pour asséner une sorte d'électrochoc après les tensions du début de semaine, Antoine Kombouaré n'a pas aligné l'équipe attendue au coup d'envoi. Erding est seul en pointe du 4-2-3-1, Ceara et Jallet sont titularisés sur le côté droit et le duo Makelele-Chantôme dans l'entrejeu prouve les ambitions du PSG. Mais Giuly et Hoarau sont restés sur le banc jusqu'à la 67e minute, et l'énorme raté du "chat noir" Erding quatre minutes plus tôt attisera longtemps les regrets, tout comme il a attisé les sifflets du Parc à sa sortie. La crise de confiance guette, elle est même déjà là. Autant pour lui que pour Paris, malgré une prestation moins déroutante des Franciliens que face à Montpellier dimanche dernier. Avant l'ouverture du score de Gaitan, sur une frappe du gauche à la trajectoire mal appréciée par Edel (0-1, 27e) - encore un problème qui n'a pas été réglé cette saison dans la capitale -, les débats sont plutôt équilibrés et pas très rythmés. Dans la foulée, Erding bute sur Roberto (28e). Un premier loupé qui n'est pas sans rappeler, par son timing, celui de Hoarau contre Montpellier. Face aux Héraultais, l'international français avait manqué une balle de but de la tête à bout portant immédiatement après l'égalisation de Giroud... Le club de la capitale réussit pourtant à revenir grâce à une volée parfaite de Bodmer sur une remise de la tête d'Erding (1-1, 35e) qui permet aux Parisiens d'y croire, juste avant la pause. Erding-Hoarau, les deux font la paire... Particulièrement inoffensifs lors des 45 minutes initiales, les Portugais retrouvent du peps au retour des vestiaires, sollicitant Edel sur une frappe de Cardozo (60e). Mais les meilleures occasions sont parisiennes et quelles occasions ! Seul face au but, Erding expédie le ballon au-dessus sur un centre de Nenê (63e). A deux mètres de la ligne, Hoarau trouve quant à lui le moyen de tirer sur Roberto, après un retourné manqué de Maurice, alors que le but est grand ouvert (79e). Dans le temps additionnel (90e+5), Maurice manque complètement son contrôle, pourtant en excellente position dans la surface. Paris a résumé ses faiblesses actuelles en un match: de bonnes intentions de jeu, mais beaucoup trop espacées, et un manque cruel de réalisme. Malgré l'élimination, l'unité officiellement retrouvée devrait au moins durer jusqu'à dimanche et le déplacement à Marseille. La suite de la saison parisienne sera déterminée par le résultat de ce clasico entre deux déçus de cette semaine européenne qui aura eu raison des trois derniers représentants français...