Paris freiné

  • A
  • A
Paris freiné
Partagez sur :

Le PSG pourra nourrir de gros regrets après le match nul obtenu à Monaco, samedi lors de la 34e journée de Ligue 1 (1-1). Si les Parisiens ont copieusement dominé les débats tout au long de la rencontre, ils perdent deux points dans la course au podium, face à Lyon qui recevra Marseille dimanche. A noter par ailleurs la déroute de Bordeaux à domicile face à Sochaux (0-4) ou le succès de Saint-Etienne à Arles-Avignon (1-0).

Le PSG pourra nourrir de gros regrets après le match nul obtenu à Monaco samedi lors de la 34e journée (1-1). Si les Parisiens ont copieusement dominé les débats tout au long de la rencontre, ils perdent 2 points dans la course au podium face à Lyon qui recevra Marseille dimanche. A noter par ailleurs, la déroute de Bordeaux à domicile face à Sochaux (0-4) ou le succès de Saint-Etienne face à Arles (1-0). Le PSG peut enrager. Si les Parisiens ont copieusement dominé les débats, ils ont manqué de réussite devant un Chabbert (remplaçant de Ruffier) impeccable. La frustration sera forte, car ils perdent clairement deux points dans la course au podium, devant des Lyonnais qui recevront Marseille dimanche. "On a la frustration de ne pas prendre trois points..." Le propos de Grégory Coupet devant les caméras de Foot+ résume parfaitement le sentiment des Parisiens. Comment pourrait-il en être autrement, tant ils ont dominé face à des Monégasques principalement appliqués à bien défendre ? Et si le portier parisien estime ensuite: "On ne perd pas, on continue à avancer", c'est une vision par un prisme particulièrement optimiste. De fait, malgré les choix d'Antoine Kombouaré de laisser au repos Hoarau, Giuly ou Sakho, les Franciliens n'ont guère besoin d'une période d'adaptation puisque Nenê sert Bodmer pour la première frappe de la rencontre (2e) avant qu'Erding, installé en pointe, place sa tête (11e). C'est le premier acte d'une soirée fournie pour l'attaquant turc, qui tente dans la foulée une frappe au premier poteau que Chabbert détourne parfaitement (19e). Monaco est dominé mais pas encore largué. Ainsi, suite à un missile signé Haruna et dégagé des poings par Coupet (21e), le même Haruna frappe un coup franc qui va changer la donne, car Adriano passe devant Camara et trompe Coupet (1-0, 25e). Le PSG n'est pas sonné et continue de dominer les débats. Suite à une superbe action collective, Erding remet sur Bodmer, qui sert Chantôme dont la frappe est détournée par Chabbert (29e). Un nouvel arrêt décisif pour le suppléant de Ruffier, qui rappelle les habituelles belles performances du portier titulaire devant le club de la capitale. Toujours est-il que si la possession et les occasions penchent du côté des visiteurs, c'est bien le club de la Principauté qui réalise la très bonne opération à la pause. Mais les hommes de Kombouaré n'abdiquent pas et repartent à l'assaut du but de Chabbert dès la reprise. Erding, buteur maladroit Ainsi, Nenê trouve une nouvelle fois Bodmer mais la tentative de l'ancien Lyonnais s'envole (47e). Paris insiste, Nenê déborde et sert Erding dont la reprise est contrée par la main d'Hansson (48e). Le PSG réclame un penalty qui ne viendra jamais. Ce qui ne les empêche pas de continuer à appuyer sur l'accélérateur, et sur une nouvelle opportunité qui vient de la gauche, la défense ne peut pas dégager correctement. Erding en profite, avec une reprise de volée qui fait mouche (1-1, 51e). Après une longue période de disette, le Turc est félicité chaudement par tout le banc. Ce qui ne suffit pas pour autant à le relancer complètement, comme en témoigne ce face-à-face manqué face à Chabbert suite à une ouverture magnifique de Bodmer (68e). Kombouaré décide alors de changer ses plans en sortant Bodmer, très bon et mécontent de se faire remplacer par Giuly (69e). Le PSG n'est pas freiné pour autant: Tiéné sert Erding, dont le coup de boule est une nouvelle fois détourné sous sa barre par un Chabbert impeccable (72e). La domination parisienne s'intensifie encore un peu plus dans les dernières minutes, il y a clairement le feu dans la défense comme lors de cette passe de Nenê pour Armand qui n'appuie pas assez sa tête (80e). Kombaouré insiste encore un peu plus avec l'entrée du jeune Kebano à la place de Ceara (81e). Un choix très offensif face à des Monégasques qui évoluent à dix derrière. La dernière opportunité sera pour l'homme du match, Erding, héros heureux puis malheureux puisque suite à un centre de Kebano, il... rate le cuir (89e) ! Les Parisiens peuvent vraiment nourrir des regrets, en ayant clairement manqué une grosse opportunité de mettre la pression sur les Lyonnais, qui repasseront devant s'ils ne perdent pas face à Marseille dimanche. Volontaires et dominateurs, ils ont péché dans la finition, à l'image d'un Erding certes buteur, mais qui aura aussi beaucoup gâché.