Paris en quête d'hermétisme

  • A
  • A
Paris en quête d'hermétisme
Partagez sur :

C'est un PSG relancé par son succès face à Auxerre (3-2) le week-end dernier qui se présente à Bonal samedi pour y défier Sochaux dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1. Si la ligne offensive est l'objet de toutes les critiques, le cas Pastore faisant notamment débat, Antoine Kombouaré attend surtout mieux de sa défense...

C'est un PSG relancé par son succès face à Auxerre (3-2) le week-end dernier qui se présente à Bonal samedi pour y défier Sochaux dans le cadre de la 17e journée de Ligue 1. Si la ligne offensive est l'objet de toutes les critiques, le cas Pastore faisant notamment débat, Antoine Kombouaré attend surtout mieux de sa défense... Exit le cas Pastore, auteur de prestations médiocres et de déclarations décriées cette semaine, silence sur Gameiro, peu servi et qui n'a plus marqué en Ligue 1 depuis le 16 octobre et son triplé à Ajaccio (3-1) ! Antoine Kombouaré s'est surtout attaché à évoquer sa défense, vendredi, à la veille d'un déplacement à Sochaux dans le cadre de la 17e journée de championnat. Une semaine après un succès très attendu face à Auxerre (3-2), Paris se rend dans le Doubs avec l'objectif de redémarrer une série et finir en trombe l'année 2011. Histoire d'oublier un mois de novembre catastrophique qui a vu la traditionnelle crise pointer le bout de son nez. Toujours menacé, l'entraîneur parisien a donc insisté sur la rigueur défensive, perdue selon lui ces dernières semaines. Au vu des chiffres, avec 14 buts concédés lors des huit derniers matches disputés toutes compétitions confondues, le chantier devient en effet urgent. "Nous sommes friables derrière depuis plusieurs matches, nous encaissons trop de buts à mon goût, à nous de rectifier le tir dès demain. Il ne faut pas lâcher, continuer les efforts avec détermination pour trouver le bon équilibre", a souligné l'entraîneur parisien en conférence de presse. Kombouaré: "Trouver le bon équilibre" Moins convaincant offensivement, jouant souvent arrêté et dans de petits périmètres, le PSG s'est souvent découvert. Et l'a payé comptant que ce soit sur la scène européenne face à Salzbourg (0-2) ou même face à Auxerre lors de l'égalisation d'Oliech sur un contre mal anticipé. La clé de la sérénité retrouvée reposerait donc sur une défense trop friable. Pointé du doigt pour ses prestations largement en dessous de son statut (et de ses émoluments), Diego Lugano en a payé le prix face à Auxerre. En sera-t-il de même samedi dans le Doubs, où les Parisiens devront faire face à la vivacité des attaquants sochaliens ? "C'est une équipe toujours difficile à manoeuvrer, surtout lorsqu'elle évolue à domicile, prévient Kombouaré. Les Sochaliens peuvent s'appuyer sur pas mal de solutions offensives, notamment avec des joueurs comme Marvin Martin, Ryad Boudebouz ou encore Sloan Privat, tous très doués techniquement. Je redoute ce match car le plus dur pour nous sera de confirmer, après notre succès face à Auxerre." Le Kanak a surtout retenu la leçon de l'an passé où son équipe avait coulé avant la pause, prenant trois buts pour finalement s'incliner 3-1. Pas de quoi toutefois en faire une bête noire, Kombouaré soulignant que ce PSG-là était de toute façon attendu par tous les clubs. Mais aussi par ses investisseurs qui exigent des résultats. Avant de ressortir le chéquier durant le mercato d'hiver, Carlos Tevez étant notamment courtisé.