Paris, c'est fini

  • A
  • A
Paris, c'est fini
Partagez sur :

Le Paris FC a été battu à Sochaux (2-1), vendredi soir, en seizièmes de finale de la Coupe de France. Les Parisiens ont pourtant longtemps soutenu la comparaison avec leurs hôtes au Stade Bonal mais n'auront pas réussi à rééditer leur exploit toulousain et s'apprêtent à retrouver le championnat du National dès mercredi.

Le Paris FC a été battu à Sochaux (2-1), vendredi soir, en seizièmes de finale de la Coupe de France. Les Parisiens ont pourtant longtemps soutenu la comparaison avec leurs hôtes au Stade Bonal mais n'auront pas réussi à rééditer leur exploit toulousain et s'apprêtent à retrouver le championnat du National dès mercredi. Sochaux ne sera pas le deuxième club de l'élite à céder face au Paris FC cette saison en Coupe de France. Après l'avoir emporté à Toulouse au tour précédent (2-1), les pensionnaires du National ont fini par caler au Stade Bonal, s'inclinant sur le même score (2-1). Une courte défaite concédée face à des Sochaliens qui, s'ils n'ont pas franchement brillé, auront fait le métier en s'évitant un deuxième revers de rang face à un club de la capitale après leur défaite au Parc des Princes samedi dernier (1-2). Mal en point(s) depuis son exploit toulousain, l'équipe entraînée par Jean-Luc Vannuchi va quant à elle pouvoir se replonger pleinement dans un championnat où Youssouf Touré, déjà buteur face au TFC et récidiviste dans le Doubs, et ses coéquipiers ont rétrogradé au dixième rang, à dix longueurs du podium, après deux défaites consécutives. Une mauvaise passe partagée par les hommes de Francis Gillot en L1, eux qui n'ont pris qu'un malheureux point lors de leurs quatre dernières sorties. Comme un symbole, c'est Marvin Martin, peut-être le Sochalien le plus influent depuis l'entame de la saison, qui est le premier en action lors de cette rencontre qui débute sur un faux rythme. Le meilleur passeur du championnat délivre un coup franc pour Carlao qui remet le ballon de la tête, un ballon qui file devant le nez d'un N'Diaye impuissant sans qu'aucun Sochalien ne parvienne à dévier le cuir (8e). La réaction parisienne est immédiate mais Touré voit son tir appuyé bien capté par Cros (12e). Les opportunités sont d'ailleurs plus que rares dans un premier acte qui s'enflamme enfin un peu quand Maïga, pourtant auteur préalable d'une faute pour récupérer le ballon au milieu de terrain, ouvre le score à l'issue d'un raid solitaire tout en puissance (1-0, 36e). Pas découragés pour autant, les joueurs parisiens repartent à l'assaut, sans toutefois parvenir à se montrer dangereux. Et ce sont au contraire les Sochaliens qui vont doubler la mise dès la reprise, Martin glissant la balle dans le but vide après un bon travail de Maïga (2-0, 49e). La réaction des visiteurs ne tarde pas, et si Clément, le capitaine de cette formation, trouve le poteau sochalien à la réception d'un corner (56e), Touré va faire admirer sa frappe de balle après l'heure de jeu, d'un tir lointain et puissant qui ne laisse aucune chance à Cros (2-1, 67e). Une réduction du score qui redonne espoir aux joueurs de la capitale, mais ni Lala (84e), ni El-Hajaoui (90e), rentré en jeu quelques minutes auparavant, ne parviennent à arracher la prolongation. "On n'a pas de regret parce qu'on a fait une belle Coupe de France", positivera Sadio Sankharé au micro d'Eurosport. Charge maintenant à lui de remotiver ses troupes pour encore rêver de la Ligue 2, et ce dès mercredi sur la pelouse de Créteil. Mais la route, à l'image de celle, périlleuse, du Stade de France pour les Sochaliens, est encore longue.