Paris assure l'essentiel

  • A
  • A
Paris assure l'essentiel
Partagez sur :

Le PSG s'est imposé à Sochaux (1-0) ce samedi lors de la 17e journée de Ligue 1 grâce à un but de Gameiro, le premier de l'ancien Lorientais depuis près de deux mois. Ce succès est d'importance car il permet de revenir sur Montpellier, battu à Valenciennes. Mais le jeu parisien, séduisant durant les 45 premières minutes, a plongé au cours d'une deuxième période insipide qui laisse toujours autant d'interrogations sur le collectif d'Antoine Kombouaré.

Le PSG s'est imposé à Sochaux (1-0) ce samedi lors de la 17e journée de Ligue 1 grâce à un but de Gameiro, le premier de l'ancien Lorientais depuis près de deux mois. Ce succès est d'importance car il permet de revenir sur Montpellier, battu à Valenciennes. Mais le jeu parisien, séduisant durant les 45 premières minutes, a plongé au cours d'une deuxième période insipide qui laisse toujours autant d'interrogations sur le collectif d'Antoine Kombouaré. Difficile de retenir autre chose que les trois points au terme d'un match aussi bizarre qu'inabouti. Voilà sans doute ce dont se souviendront les Parisiens au moment d'évoquer ce déplacement de décembre dans le Doubs, conclu par un deuxième succès consécutif (1-0), une semaine après avoir soufflé en battant Auxerre au Parc des Princes (3-2)... L'essentiel est là, un succès qui replace les Parisiens à hauteur du leader montpelliérain, battu dans le même temps à Valenciennes (1-0). Mais la manière interroge toujours autant. Tout avait pourtant si bien débuté, faisant renaître les souvenirs d'un début d'automne étincelant. Bien entré dans son match, présent au pressing grâce à une bonne doublette Bodmer-Sissoko, Paris déroule et s'installe dans le camp sochalien. Gameiro est tout proche d'ouvrir le score quand Pastore le lance d'une jolie talonnade sur l'aile droite. Mais l'ancien Lorientais manque l'occasion, Sauget, revenu à toute vitesse, se jetant pour contrer le ballon (6e). En vue, vif et inspiré, une première depuis plus d'un mois, Pastore se met encore en évidence mais bute sur Richert qui dévie sa frappe (16e). Gameiro, enfin ! Ce n'est que partie remise puisque le PSG, ultra dominateur, trouve l'ouverture moins de cinq minutes plus tard. Suite à une relance à la main de Sirigu, Gameiro est servi sur l'aile gauche. L'ancien Lorientais, bien seul, avance face à Poujol puis pénètre dans la surface. Tout en dribbles pour surprendre son vis-à vis un peu trop spectateur, l'attaquant Parisien finit par décocher une frappe croisée de près, déviée par le défenseur sochalien, et trompe Richert. Un but très important pour l'attaquant international qui signe son premier but en Ligue 1 depuis le 16 octobre et son triplé à Ajaccio (3-1) ! Paris déroule, montre un jeu collectif bien huilé et une impression de facilité technique perdue depuis plusieurs semaines. Ménez puis Nenê tentent à leur tour leur chance, sans succès... Largement dominateur, Paris boucle la première période avec 12 tirs mais un seul but d'avance. Frustrant et d'autant plus dangereux que la deuxième période déçoit énormément. Arrêté, en panne de rythme et hésitant visiblement entre attaquer pour faire le break et ne pas se faire surprendre par la vivacité des Doubistes en contre, Paris se met à gérer et s'endort. L'équilibre, prôné par Kombouaré vendredi en conférence de presse, reste visiblement en chantier. Heureusement pour le club de la capitale, ce Sochaux-là n'a pas l'étoffe pour l'inquiéter. Même lors d'une deuxième période très décevante et d'un profond ennui. Privés de Martin sorti avant l'heure de jeu sur blessure, les hommes de Bazdarevic n'auront jamais vraiment donné l'impression de pouvoir revenir. Paris s'impose et revient sur Montpellier. C'est déjà beaucoup, mais il n'y a pourtant vraiment pas de quoi fanfaronner...