Paris a du répondant

  • A
  • A
Paris a du répondant
Partagez sur :

Mené 2-0 par de vaillants promus, le PSG a réagi au terme d'une seconde période totalement dominée avant d'obtenir un nul mérité face à Evian-Thonon-Gaillard (2-2). Dans l'autre match de la 6e journée programmé ce dimanche après-midi, le Stade Rennais s'est également contenté du partage des points, à domicile, devant Nancy (1-1). A 21 heures, l'OM défie Lyon à Gerland.

Mené 2-0 par de vaillants promus, le PSG a réagi au terme d'une seconde période totalement dominée avant d'obtenir un nul mérité face à Evian-Thonon-Gaillard (2-2). Dans l'autre match de la 6e journée programmé ce dimanche après-midi, le Stade Rennais s'est également contenté du partage des points, à domicile, devant Nancy (1-1). A 21 heures, l'OM défie Lyon à Gerland. La série s'est achevée pour Paris près du Lac d'Annecy mais l'équipe de Kombouaré n'a pas pris l'eau pour autant. Après six succès de rang, toutes compétitions confondues, le PSG a dû se résoudre à concéder le nul devant Evian-Thonon-Gaillard à cause d'une première demi-heure plus que poussive. Le talent de Pastore et une seconde période qu'ils ont écrasée ont permis ensuite aux Parisiens de récolter un 2-2 mérité, tout en regrettant de n'être pas rentrés du Parc des Sports avec les trois points au vu des franches occasions du second acte. Les promus, eux, ont également eu la balle de la victoire en fin de rencontre mais ils se contenteront certainement du résultat devant une des grosses cylindrées du championnat. Sur le papier, Evian-Thonon-Gaillard a pour objectif cette saison le maintien alors que le PSG vise clairement le podium, voire la plus haute marche. Sur la pelouse du Parc des Sports d'Annecy, il s'agit pourtant d'une autre histoire dès le coup d'envoi donné par M. Moreira. La formation de Bernard Casoni déploie son jeu sans la moindre retenue et s'approche assez facilement de la cage parisienne. Il faut moins d'un quart d'heure pour assister à l'ouverture du score signée d'un ancien de la capitale, une vieille habitude de la maison qui ressurgit. Leroy, servi par Sagbo, récupère un ballon dévié par Armand avant de battre de près Sirigu (1-0, 14e). Chantôme: "Un point de gagné" Le PSG ne réagit pas. Au contraire, il continue de subir la loi du promu. Armand, qui retrouvait une place dans l'axe de la défense, manque de lucidité en taclant Rabiu dans la surface. Le penalty est transformé à contre pied par Sagbo (2-0, 20e). Paris évite dans la foulée un sérieux KO grâce à Sirigu, auteur d'une claquette sur un puissant coup de tête d'Angoula (23e). Son homologue haut-savoyard a également l'opportunité de faire valoir son talent en s'opposant à des tentatives de Pastore (31e) et Gameiro (39e). Le gardien de but danois, arrivé à la fin du mercato, s'incline toutefois devant Pastore. L'artiste argentin se joue de quatre défenseurs pour pénétrer dans la surface et croiser impeccablement sa frappe du droit (2-1, 43e). Le but de l'ancien Palermitain est inscrit dans une fin de période à l'avantage du PSG. La tendance est confirmée au retour des vestiaires, et le sera en grande partie au cours de la seconde période. Un échange entre Nenê et Pastore offre à "El Flaco" un nouveau duel devant Andersen. Excentré, il choisit le centre en retrait et Angoula écarte le danger en corner (52e). Si Leroy oblige Sirigu à la vigilance sur une demi-volée (58e), Paris se crée une situation de but sur quasiment toutes ses offensives. Gameiro, peut-être trop altruiste en recherchant Pastore, n'ajuste pas sa passe pour l'Argentin (66e). Evian ne peut que miser sur des contres ou de longs ballons, comme celui bien négocié par Sagbo dans la surface. Mais face à Sirigu, le buteur haut-savoyard frappe en direction des tribunes (68e). A force de pousser, le PSG égalise enfin par Bodmer, sorti du banc. L'ex-Lyonnais est le plus prompt sur un corner dévié par Erding (2-2, 80e), toutefois l'équipe de Kombouaré passe tout près d'une désillusion. Farina slalome dans la défense parisienne et voit son tir dévié par le dos d'Armand, alors que Sirigu était battu (86e). Les deux équipes se quittent donc sur ce score de parité, avec un sentiment plutôt positif "C'est un point de gagné, parce qu'on est très, très mal entré dans ce match, confiera Chantôme devant les caméras de Foot+. On avait l'impression de ne pas être éveillé dans cette première période. On a su réagir, c'est la bonne chose à retenir."