Par la petite porte...

  • A
  • A
Par la petite porte...
Partagez sur :

Pour son dernier match en Ligue Europa, le Stade Rennais s'est incliné ce jeudi sur la pelouse de l'Atletico Madrid (3-1), lors de la 6e journée. Falcao, sur penalty, Dominguez et Turan ont inscrit les trois buts madrilènes, Mandjeck a sauvé l'honneur en fin de match. Pas de première victoire sur la scène européenne pour les Bretons qui vont rejoindre directement la Corse, avant d'affronter Ajaccio samedi en L1.

Pour son dernier match en Ligue Europa, le Stade Rennais s'est incliné ce jeudi sur la pelouse de l'Atletico Madrid (3-1), lors de la 6e journée. Falcao, sur penalty, Dominguez et Turan ont inscrit les trois buts madrilènes, Mandjeck a sauvé l'honneur en fin de match. Pas de première victoire sur la scène européenne pour les Bretons qui vont rejoindre directement la Corse, avant d'affronter Ajaccio samedi en L1. C'est sur une défaite que le Stade Rennais quitte la Ligue Europa. Déjà éliminés depuis leur match nul face à l'Udinese (0-0) il y a quinze jours, les Bretons n'avaient rien à espérer de leur déplacement ce jeudi à Madrid pour affronter l'Atletico. Le club espagnol en a profité pour parfaire sa différence de buts en s'imposant 3-1, lors de la sixième et dernière journée. Frédéric Antonetti considérait cette rencontre comme "un match de préparation", ses joueurs ne sont rien venus chercher de plus, pas même une première victoire en coupe d'Europe dans l'histoire du club. Pour cela, il faudrait attendre la saison prochaine et une éventuelle qualification européenne par le Championnat. La Ligue 1, c'est justement ce qui préoccupe davantage l'entraîneur corse. En prévision des deux derniers matches avant la trêve (à Ajaccio samedi et contre Bordeaux mercredi), il a choisi de ménager plusieurs joueurs importants de l'effectif, comme Julien Féret, Yann M'Vila, Youssouf Hadji et Jean-Armel Kana-Biyik, tous remplaçants au coup d'envoi à Madrid. Romain Danzé, Benoît Costil et Jonathan Pitroipa ne figuraient même pas sur la feuille de match. C'est donc un onze de départ fortement remanié qui a débuté la rencontre face à l'Atletico. Plutôt bien d'ailleurs, à l'image de cette belle occasion de Chris Mavinga dont la tête trouvait la barre transversale (15e). Mais comme ils en ont la mauvaise habitude depuis le début de la saison, les Rennais ne concrétisaient pas leurs temps forts. Mandjeck sauve l'honneur A l'inverse des Madrilènes, plus qu'efficaces, en marquant deux buts sur une occasion et demi avant la pause. Le pauvre Georges Mandjeck, cible de la mémorable soufflante d'Antonetti samedi dernier contre Brest (1-1), provoquait un penalty sur une faute bien maladroite dans la surface. Falcao, meilleur buteur de la Ligue Europa la saison dernière avec le FC Porto, se chargeait de le transformer en prenant à contre-pied le jeune gardien rennais de 19 ans, Abdoulaye Diallo (1-0, 38e). Quatre minutes plus tard, il payait au prix fort son inexpérience en jugeant mal une tête d'Alvaro Dominguez et accompagnait le ballon du regard dans ses filets, sans esquisser une tentative de parade (2-0, 42e). Dur, l'apprentissage. C'est aussi ce que répète Antonetti à longueur de semaine pour expliquer les résultats en dents de scie de son équipe. La réaction bretonne au retour des vestiaires s'articulait autour de quelques jolis mouvements, mais la percussion en attaque manquait terriblement. Envisager une égalisation paraissait alors bien présomptueux. L'Atletico, qui gérait tranquillement la fin de match, ajoutait même un troisième but après une erreur défensive du revenant Apam dont profité Arda Turan d'une frappe du droit dans le petit filet (3-0, 79e). Mandjeck, de la tête, sauvait tout de même l'honneur en toute fin de match et adressait un petit signe à l'attention de son coach (3-1, 86e). Avec les 25 joueurs qu'il a convoqué, Antonetti va s'envoler pour la Corse, à trois jours d'affronter Ajaccio en Ligue 1. Les Rennais, qui n'ont gagné aucun de leur quatre derniers matches toutes compétitions confondues, seraient bien inspirés de renouer avec la victoire sur l'île de Beauté. Sinon, les fêtes de Noël n'auront rien de joyeux...