Panique chez les Knicks

  • A
  • A
Panique chez les Knicks
Partagez sur :

Le renfort d'Amare Stoudemire l'été dernier devait redonner du souffle aux Knicks. Force est de constater que l'amélioration de la franchise new-yorkaise, défaite pour la sixième fois d'affilée mardi à Denver (118-120), tarde à venir. Avec seulement trois victoires en onze matches, New York, qui rêve toujours de Carmelo Anthony, son bourreau du jour (26 points), est déjà mal barré dans la course aux play-offs.

Le renfort d'Amare Stoudemire l'été dernier devait redonner du souffle aux Knicks. Force est de constater que l'amélioration de la franchise new-yorkaise, défaite pour la sixième fois d'affilée mardi à Denver (118-120), tarde à venir. Avec seulement trois victoires en onze matches, New York, qui rêve toujours de Carmelo Anthony, son bourreau du jour (26 points), est déjà mal barré dans la course aux play-offs. Le match : Nuggets-Knicks 120-118 Une franchise des Knicks de retour sur le devant de la scène ? Ce n'est pas encore pour aujourd'hui. Actif l'été dernier sur le terrain des transferts, avec à la clé la venue d'un all-star Amare Stoudemire, et de bons joueurs de complément (Anthony Randolph, Raymond Felton et Ronny Turiaf), New York ne récolte pas les fruits de son marché estival en ce début de saison. Déterminés à retrouver les play-offs, voire mieux s'ils arrivent à pêcher un autre gros poisson d'ici la date limite des transferts, les dirigeants new-yorkais peuvent difficilement se réjouir à l'issue des trois premières semaines de saison régulière. Avec trois victoires et huit défaites, les Knicks croupissent à la 13e place de la conférence est, juste devant les faibles Sixers et Raptors. Mardi soir, les hommes de Mike d'Antoni ont enregistré à Denver une sixième défaite consécutive (118-120). Une mauvaise série au cours de laquelle les New-yorkais ont à chaque fois concédé plus de 100 points, preuve que leur défense est toujours aussi perméable. Chez les Nuggets, malgré une belle résistance, et un gros effort dans le dernier quart-temps remporté 36-26 pour tenter de combler leur retard, les joueurs de Big Apple ont encore laissé grand ouvert les portes de leur défense. Ce dont Carmelo Anthony et consorts ont évidemment profité à plein. L'ailier du Colorado, toujours décidé à partir au plus vite et pourquoi pas pour...New York, a terminé meilleur marqueur de la rencontre avec 26 points et a manqué le double-double pour une seule prise au rebond (9). Chez les Knicks, Stoud' (24 points) s'est démené comme à son habitude et les apports du surprenant rookie Lanrdy Fields (21 points), de Wilson Chandler (23 points) et de Danilo Gallinari (21 points) n'ont pas suffi. De retour après des ennuis au genou, Ronny Turiaf n'a passé que douze minutes sur le parquet, le temps de commettre six fautes. En déplacement sur la côte ouest jusqu'à samedi, le temps de faire encore trois matches, les Knicks tenteront de tirer profit de rencontrer trois des plus faibles formations de cette conférence (Sacramento, Golden State et les Clippers) pour essayer de rebondir tant qu'il en est encore temps. Car partie comme elle l'est, la saison risque encore d'être bien longue aux yeux des nombreux supporters de la franchise new-yorkaise. La nuit des Français Si Ronny Turiaf a perdu avec New York (voir ci-dessus), les trois autres Français en action mardi ont connu une meilleure fortune. Avec 12 points et 9 rebonds, Joakim Noah a frôle le double-double lors du succès des Bulls à Houston (95-92) tandis que Nicolas Batum a lui livré une prestation correcte en cumulant 11 points et 6 rebonds à l'occasion de la victoire décrochée au forceps par Portland à Memphis (100-99). De son côté, Kevin Séraphin a enfin eu le droit de fouler le parquet, pour sa grande première en NBA. L'intérieur français a pu jouer deux minutes quand la victoire des Wizards face aux Raptors était acquise (109-94). Le rookie a eu le temps de marquer 2 points, de capter un rebond, mais aussi de perdre un ballon et de commettre deux fautes. L'ancien Choletais continue son apprentissage. La stat 0. Comme le nombre de contre réussi par les joueurs de Toronto lors de leur défaite à Washington (94-109). Un chiffre assez rare mais qui reflète en quelque sorte assez bien les soucis défensifs de la franchise canadienne. A noter néanmoins que les 12 joueurs utilisés mardi dans la capitale fédérale ont marqué au moins un point, là-aussi c'est suffisamment rare pour être souligné.