Palmer: "Ce que je sais des Français..."

  • A
  • A
Palmer: "Ce que je sais des Français..."
Partagez sur :

Imprégné de la culture et du jeu français depuis maintenant deux saisons qu'il évolue sous les couleurs du Stade Français, Tom Palmer est un observateur forcément privilégié au sein du XV de la Rose des déboires que rencontre l'équipe de France avant le quart de finale de Coupe du monde entre les deux formations samedi, à l'Eden Park d'Auckland. Loin des clichés sur l'imprévisibilité des Bleus, le deuxième ligne livre sa vision des Bleus et du choc.

Imprégné de la culture et du jeu français depuis maintenant deux saisons qu'il évolue sous les couleurs du Stade Français, Tom Palmer est un observateur forcément privilégié au sein du XV de la Rose des déboires que rencontre l'équipe de France avant le quart de finale de Coupe du monde entre les deux formations samedi, à l'Eden Park d'Auckland. Loin des clichés sur l'imprévisibilité des Bleus, le deuxième ligne livre sa vision des Bleus et du choc. Tom, comment appréhendez-vous le fait que les Français présentent un visage aussi moribond à l'issue de la phase de poules ? On les dit au bord de la crise ? Ce genre de choses arrive avec les Français. Regardez leur équipe à la Coupe du monde de football. Vu ce que je sais des Français et de leur psychisme, si les choses ne vont dans le sens qu'ils veulent ou si les choses se passent mal, ils en font toujours toute une histoire. Mais, d'un autre côté, on ne peut pas trop s'y fier pour la préparation de notre match. Je pense qu'ils vont élever leur niveau de jeu contre nous. Nos rencontres aboutissent généralement sur un match de haut niveau. C'est toujours un match difficile et c'est toujours compliqué de lutter de front avec leurs avants, dans les mauls et dans les rucks. Je m'attends à un gros match. Selon vous, ce serait une erreur que de voir en ces dissensions supposées chez les Bleus un avantage pour votre équipe ? On ne peut pas se le permettre. Vous ne pouvez pas arriver en quarts de finale de Coupe du monde en étant trop confiant. Ce serait l'une des pires choses à faire. Il faut se préparer à une vraie bataille. On peut ressortir les formules toutes faites au sujet des animaux blessés. Il faut attendre de voir exactement comment l'équipe française va se montrer (sur le terrain). Si je reviens sur mes premières saisons en France (au Stade Français), nous avions commencé fort sur le plan mental. Puis quand les choses ont commencé à mal tourner, on a flanché facilement. Mais ce n'est pas forcément ce qui se passe avec l'équipe de France. C'est toujours surprenant quand les gars ne donnent pas tout. A quelle équipe de France vous attendez-vous à faire face alors samedi soir ? Je suppose qu'ils vont vraiment s'engager sur le terrain. Ils vont voir ce match comme une deuxième chance. Et tout ce qui s'est passé avant n'aura plus d'importance, parce que c'est un match à quitte ou double. J'imagine qu'ils en sont conscients. Ils doivent se dire: "On envoie tout bouler" et "on peut passer et se qualifier pour les demi-finales de la Coupe du monde". Ce sera une grosse motivation pour eux.