Pacé, le Tour de force

  • A
  • A
Pacé, le Tour de force
Partagez sur :

Et de huit ! En remportant dimanche l'édition 2011 du Tour de France, Bertrand Pacé a signé sa huitième victoire sur la Grande Boucle maritime, sa deuxième consécutive. Arrivé en deuxième position en Méditerranée derrière Courrier-Dunkerque, vainqueur en 2008 et 2009, l'équipage de Sud de France/Languedoc-Roussillon a fait la différence dans ses eaux, ne laissant que peu de chances à Daniel Souben et ses hommes. Pour Bertrand Pacé, pas le temps de se reposer, la Coupe de l'America l'attend dès lundi...

Et de huit ! En remportant dimanche l'édition 2011 du Tour de France, Bertrand Pacé a signé sa huitième victoire sur la Grande Boucle maritime, sa deuxième consécutive. Arrivé en deuxième position en Méditerranée derrière Courrier-Dunkerque, vainqueur en 2008 et 2009, l'équipage de Sud de France/Languedoc-Roussillon a fait la différence dans ses eaux, ne laissant que peu de chances à Daniel Souben et ses hommes. Pour Bertrand Pacé, pas le temps de se reposer, la Coupe de l'America l'attend dès lundi... Marin multi-cartes, Bertrand Pacé n'en finit plus d'ajouter des lignes à son palmarès déjà bien fourni. Vainqueur de nombreuses régates en Class America, en Figaro et surtout en match-race, le Sétois d'adoption a également fait du Tour de France à la voile sa chasse gardée, sa polyvalence s'accommodant parfaitement d'une épreuve, mélange de régates au contact et d'étapes plus hauturières. Redoutable tacticien, maîtrisant parfaitement l'art du départ et du marquage, Bertrand Pacé se présentait au départ de ce Tour 2011 dans la peau du grand favori, fort de sa nette victoire en 2010, il n'a pas déçu. Après une mise en route sur un mode "piano", l'équipage de Sud de France/Languedoc-Roussillon, émanation de celui qui courait un an plus tôt sous les couleurs de Nouvelle-Calédonie, avec le même tandem Bertrand Pacé/Vincent Portugal aux manettes, n'a eu de cesse de monter en régime. C'est à Dieppe, après moins d'une semaine de course, qu'il fait sa première apparition sur le podium, il grimpe très vite au deuxième rang, qu'il ne quittera plus jusqu'à la Méditerranée, où il débarque sur les talons de Courrier-Dunkerque, trois points séparant alors les deux leaders au général. Le soutien de Torben Grael Le bateau battant pavillon sudiste va alors prouver qu'il ne s'appelle pas Sud de France/Languedoc-Roussillon pour rien, puisqu'il frappe d'entrée très fort à Gruissan, avec un quasi grand chelem (quatre victoires et une deuxième place sur les cinq manches courues), synonyme de première place. Dès lors, Bertrand Pacé, rejoint notamment à bord par un autre maître tacticien, véritable légende de la voile actuelle, le Brésilien Torben Grael, double champion olympique de Star et vainqueur de la dernière Volvo Ocean Race, ne cesse de se détacher, Courrier-Dunkerque lâchant peu à peu prise dans le sprint final malgré une constance remarquable aux avant-postes et une réaction à Marseille vendredi qui a permis de prolonger le suspense jusqu'au bout. Samedi, Daniel Souben et ses hommes se payaient même le luxe de revenir à sept petits points grâce à une ultime victoire à La Seyne-Sur-Mer. Mais l'annulation ce dimanche des deux derniers parcours banane en raison du mistral ne lui ont pas permis de mettre une dernière fois la pression sur Pacé. "Avec Torben, nous avons le même vécu, on se comprend facilement sans même avoir besoin de se parler beaucoup, cela se passe bien et j'ai l'impression que lui aussi s'amuse !", commentait d'ailleurs le vainqueur après sa démonstration à Gruissan. Un marin auréolé d'une huitième victoire sur le Tour, sa cinquième en tant que skipper du bateau, mais qui ne va guère avoir le temps de se reposer sur ses lauriers, puisqu'il est attendu très vite à Cascais où dix AC45, catamarans de 45 pieds, préparent la première étape des America's Cup World Series, circuit destiné à préparer la 34e Coupe de l'America. Bertrand Pacé y défendra au côté d'Alain Gautier les couleurs d'Aleph Sailing Team, une des deux équipes françaises engagées (avec Energy Team des frères Peyron), l'occasion pour lui de montrer, si besoin est, une nouvelle facette de son immense talent...