Orléans dans la cour des grands

  • A
  • A
Orléans dans la cour des grands
Partagez sur :

BASKET - Orléans, pour la première fois de son histoire en l'Euroligue, affronte le Spirou Charleroi, mardi, en tour préliminaire.

Orléans s'apprête à faire ses grands débuts en Euroligue, trois ans seulement après son accession en Pro A. L'Entente dispute mardi le tour préliminaire aller face au club belge du Spirou Charleroi avec l'espoir de se hisser jusqu'en phase principale.Pour la première fois de son histoire, Orléans va disputer l'Euroligue. Une étape importante dans la vie du club, finaliste malheureux de la saison dernière en Pro A qui il y a trois ans seulement accédait à l'élite. Toujours sous la conduite de Philippe Hervé, qui a prolongé son contrat jusqu'en 2014, l'Entente a depuis exaucé certains de ses voeux, à commencer par celui de se frotter aux gros bras du championnat. Mais rien ne dit qu'il en sera de même quant à son destin continental.Avec simplement six semaines d'entraînement, le doute est permis alors que l'Entente s'apprête à affronter, dès mardi soir, un Spirou Charleroi qui dispute sa dix-neuvième campagne européenne de suite mais n'a plus joué en Euroligue depuis l'exercice 2001-02.Un recrutement intelligentUne formation belge dont il faudra se méfier. Déjà parce qu'elle est championne de son pays. Ensuite parce qu'elle s'appuie sur un noyau dur de huit joueurs américains. Enfin parce que l'EO45 met les pieds sur un terrain qu'elle ne connaît pas. Et l'expérience n'est pas toujours un paramètre à négliger, surtout dans une formule de tour préliminaire en matches aller-retour. "On est quand même un paquet à avoir déjà joué des coupes d'Europe", remarque Philippe Hervé. Leurs noms: Laurent Sciarra, Cedrick Banks, Tony Dobbins, Ludovic Vaty et Austin Nichols, les deux derniers étant arrivés cet été pour renforcer l'effectif et doubler les postes.Un groupe qui, en plus de l'ancien intérieur de Pau-Lacq-Orthez et de l'ex-scoreur de Hyères-Toulon, meilleur marqueur de Pro A la saison dernière, s'est enrichi de Justin Doellman. Trois recrues qui ont vite pris leurs marques. Suffisant pour aborder sereinement le match aller, avant le retour à domicile vendredi soir ? Une chose est sûre: Orléans n'a pas hérité du plus gros calibre en lice dans ce tour préliminaire. Le Mans, opposé à l'Alba Berlin, qualifié pour le Top 16 la saison dernière, n'a pas eu cette chance.