Orléans bien parti

  • A
  • A
Orléans bien parti
Partagez sur :

Le rêve d'Orléans d'accéder en finale de Pro A est à portée de mains. Samedi, lors de la demi-finale aller, l'Entente s'est en effet imposée à domicile face au Mans (76-75), grâce notamment à la bonne prestation de Brian Greene, auteur de 19 points. Les Sarthois devront rectifier le tir mardi à Antarès.

Le rêve d'Orléans d'accéder en finale de Pro A est à portée de mains. Samedi, lors de la demi-finale aller, l'Entente s'est en effet imposée à domicile face au Mans (76-75), grâce notamment à la bonne prestation de Brian Greene, auteur de 19 points. Les Sarthois devront rectifier le tir mardi à Antarès. Cette Entente a décidément de la ressource. Qualifiée pour la première fois de son histoire pour les play-offs à la faveur de sa deuxième place à l'issue de la saison régulière, la formation de Philippe Hervé a fait un pas samedi vers la finale du championnat de France. Après avoir écarté Chalon au tour précédent, les Orléanais se sont offert le scalp du Mans en demi-finale aller de Pro A. Déjà une revanche en soi, alors que les Sarthois s'étaient adjugé la Semaine des As à leurs dépens en février dernier. Vainqueurs des As, donc, mais également de la Coupe de France, les Manceaux, lancés à grande vitesse vers un retentissant triplé national, ont ainsi subi un drôle de coup d'arrêt. D'autant plus difficile à digérer qu'ils ont un temps eu le match en mains. J.D. Jackson avait avant coup prédit une demie à 50-50 en raison de l'avantage du terrain conféré aux Orléanais (ceux-ci recevront à nouveau en cas de belle, le week-end prochain), un pronostic reflété dans le score de ce match 1, étriqué au possible, même si la donne a désormais évolué en faveur de l'Entente.Le retour manceauUne Entente qui a eu tôt fait ce soir de prendre la partie à son compte, comme pour marquer son territoire, comme si le spectre de la victoire de Nancy à Villeurbanne 24 heures plus tôt avait gagné les tribunes du Palais des Sports. Pris à la gorge, les visiteurs n'ont ainsi eu leur mot à dire qu'une fois la marque portée à 7-0. Une marge qui a perduré jusqu'au terme du premier quart-temps (24-17). Forts de cet avantage confortable, les Sciarra et consorts se sont ensuite appliqués à gérer les débats, sans jamais relâcher la pression dans le deuxième acte. Si bien que deux minutes après le repos, ce sont pas moins de neuf longueurs qui séparaient les deux équipes au tableau d'affichage (45-36). L'impensable ne tardait néanmoins pas à se produire. En plein coeur du troisième quart, la machine mancelle se mettait à faire des étincelles. Les Spencer, Bluthenthal, Dixon, Koffi, Diot et Batista, tous crédités au final de 11 points et plus, infligeait un improbable 15-0 à leurs hôtes pour boucler la période en tête au score (56-60). Un coup de massue dont les effets secondaires se faisaient naturellement ressentir à l'entame du quatrième acte puisqu'à sept minutes du verdict, Spencer inscrivait le panier du 59-67. A 65-72, Greene, particulièrement en vue ce samedi du haut de ses 19 points, 4 rebonds et 3 passes en 27 minutes, sonnait néanmoins la révolte. Le parquet orléanais ne penchait à nouveau que d'un côté, celui des locaux, lesquels signaient alors un cinglant 9-0 pour reprendre leur destin en mains (74-72). Malgré un ultime affront de Dixon, Greene assénait au MSB le coup de grâce dans un Palais des Sports en ébullition (76-75). Dans trois jours, ce sera à Antarès de s'enflammer, avant, peut-être, un retour dans le Loiret pour une explication décisive. On en salive déjà