Orlando peut y croire

  • A
  • A
Orlando peut y croire
@ Reuters
Partagez sur :

NBA - Défait à deux reprises par Boston, Orlando a les capacités pour renverser la vapeur.

NBA - Défait à deux reprises par Boston, Orlando a les capacités pour renverser la vapeur.A en croire les plus optimistes, il flotte comme un parfum de déjà vu dans cette confrontation au sommet de la Conférence Est entre leur Magic et les Celtics. Car à ceux qui brandissent le bilan immaculé de 32 qualifications en 32 précédents dans l'histoire de la franchise du Massachusetts dès lors qu'elle se détache d'entrée pour mener 2-0 dans une série au meilleur des sept matches, les fans en appellent au doux souvenir de la saison passée. Menés 3-2 lors de leur demi-finale de Conférence face à ces mêmes Celtics, les Floridiens eurent en effet droit à une statistique analogue. Même plus qu'analogue puisque Boston présentait jusqu'alors une fiche identique de 32-0 après avoir pris l'avantage 3-2 dans une série. "Faîtes l'histoire. Faîtes ce 32-1" avait ainsi écrit Stan Van Gundy dans les vestiaires floridiens. Avec la réussite que l'on sait puisque le Magic avait finalement renversé la situation pour s'imposer 4-3 après avoir donné la leçon aux Celtics dans un septième match disputé à Boston...«A nous de frapper les premiers.»Une performance jusque là jamais vue en NBA. Aussi, le Magic entend-il se relancer dès ce samedi lors d'un match 3 aux allures de match 7 pour les Floridiens, prompts à reconnaître jouer leur saison en ce samedi. Malgré l'avantage du terrain et une saison régulière plus convaincante, les Floridiens ont en effet abandonné les clés des deux premières manches. Ce sont eux qui ont été obligés de courir après le score, de suivre le rythme imposé par leurs visiteurs. Alors que les Celtics pourront se nourrir du soutien de leurs fans, Matt Barnes ne s'y trompe pas et prévient: "C'est à nous de frapper les premiers."Et il faudra bien ça pour mettre à mal la confiance de leurs hôtes! Autre priorité du Magic: épuiser les soi-disant vieillissants membres du Big Three en défense. Si accélérer le rythme n'est évidemment pas la bonne solution pour une équipe dont l'atout majeur demeure son pivot dominant, Orlando devra améliorer son jeu de passes et faire courir la balle afin d'obliger les Celtics à rester en mouvement sur les phases défensives. Quant à la défense, l'accent devra également être mis sur le repli, les hommes de Stan Van Gundy ayant été le plus souvent à la peine dans le domaine. A l'inverse de Suns qui ne savent plus comment attaquer des Lakers trop dominateurs, les axes d'amélioration ne manquent donc pas pour une équipe défaite de justesse lors des deux premiers matches. De quoi suffire face à des Celtics sûrs de leur force?