Orlando, la parole à la défense

  • A
  • A
Orlando, la parole à la défense
Partagez sur :

Piégé, dimanche, au coup d'envoi de sa série du premier tour des playoffs face aux Hawks, le Magic a assuré l'essentiel en enlevant le match 2, Orlando revenant ainsi à 1-1 avant de prendre la direction de la Géorgie pour les deux prochaines manches. Vainqueurs 88-82, les Floridiens se sont appuyés sur les larges épaules de Dwight Howard, encore 33 points et 19 rebonds au compteur, ainsi que sur leur défense.

Piégé, dimanche, au coup d'envoi de sa série du premier tour des playoffs face aux Hawks, le Magic a assuré l'essentiel en enlevant le match 2, Orlando revenant ainsi à 1-1 avant de prendre la direction de la Géorgie pour les deux prochaines manches. Vainqueurs 88-82, les Floridiens se sont appuyés sur les larges épaules de Dwight Howard, encore 33 points et 19 rebonds au compteur, ainsi que sur leur défense. Dwight Howard n'a pas été élu pour rien Défenseur de l'année pour la troisième saison consécutive, une première dans l'histoire de la NBA. Et si les Floridiens s'étaient oubliés lors de la manche inaugurale de leur série face aux Hawks, en étant quittes pour encaisser plus de 100 points pour la première fois depuis 16 rencontres en playoffs, ils n'ont pas traîné pour retrouver leurs bonnes habitudes. Celles qui leur valent d'émarger au quatrième rang au classement des meilleures défenses de la Ligue, aussi bien pour ce qui est des points encaissés que pour le pourcentage d'adresse des adversaires. Et il fallait bien ça pour s'éviter une deuxième défaite forcément dangereuse avant de jouer les deux prochains matches en Géorgie. La faute au 34% de (mal)adresse collective ou aux 16 pertes de balle, la défense des Hawks n'ayant finalement pas grand-chose à leur envier en matière de coller-serrer. A tel point d'ailleurs qu'en limitant leurs hôtes à 16 petits points dans le premier quart, ce sont encore les Hawks qui faisaient la course en tête et prenaient 10 longueurs d'avance (22-32) dès le deuxième acte. Mais une fois encore, Superman veillait au grain. Intraitable en défense et impeccable en attaque, Dwight Howard signait en effet 10 points en à peine plus de trois minutes et Orlando passait un 12-2 pour égaliser à 34 partout. Le plus dur était fait. Dwight Howard esseulé Après avoir viré à la pause avec six longueurs d'avance (48-42), les Floridiens laissaient bien leurs invités recoller au score, mais un 11-1 pour conclure le troisième acte leur permettait d'attaquer la dernière ligne droite avec 11 longueurs d'avance. Plus qu'il n'en fallait pour échapper à une nouvelle déconvenue. Notamment avec un Dwight Howard privé de la moindre minute de repos et encore auteur de 33 points à 9 sur 12 aux tirs et 19 rebonds après ses 46 points-19 rebonds de dimanche. «C'était dur, pouvait souffler le héros floridien, mais une fois sur le parquet, vous ne pouvez plus penser à la fatigue ou à la douleur. Il faut se battre et rester concentré sur le plan de jeu.» Et espérer un peu d'aide de la part de ses coéquipiers. Car si les Hawks ont à nouveau fait jouer la carte du collectif, Jamal Crawford sortant ainsi du banc pour inscrire 25 points et prendre le relais de Josh Smith et Joe Johnson, respectivement 17 et 14 points au compteur, les Floridiens n'ont souvent existé qu'à travers leur indispensable pivot. Tout du moins en attaque. Hedo Turkoglu et Jameer Nelson atteignent bien péniblement les 10 et 13 points, mais c'est surtout pour leur maladresse que les deux artificiers ont brillé, le Turc terminant à 4 sur 16 aux tirs et le meneur floridien affichant un 4 sur 15. Ajoutez-y le 3 sur 12 de Jason Richardson et le Magic peut bien remercier son Superman. En espérant qu'il suffise à nouveau pour ramener un succès de Géorgie et ainsi récupérer l'avantage du terrain dans la série.