Orlando, inauguration réussie

  • A
  • A
Orlando, inauguration réussie
Partagez sur :

Pour son premier match dans sa nouvelle salle, le Magic a parfaitement lancé sa saison jeudi face à Washington qui n'a pas tenu la comparaison (112-83) malgré l'activité de John Wall, le premier choix de la draft 2010. Porté encore et toujours par Dwight Howard (23 points et 10 rebonds), Orlando affiche déjà ses ambitions. Les Suns ont eux équilibré leur bilan en s'imposant dans l'Utah (110-94).

Pour son premier match dans sa nouvelle salle, le Magic a parfaitement lancé sa saison jeudi face à Washington qui n'a pas tenu la comparaison (112-83) malgré l'activité de John Wall, le premier choix de la draft 2010. Porté encore et toujours par Dwight Howard (23 points et 10 rebonds), Orlando affiche déjà ses ambitions. Les Suns ont eux équilibré leur bilan en s'imposant dans l'Utah (110-94). Même Tiger Woods, venu en voisin, était là pour voir ça... Patron de la ligue, David Stern n'aurait raté ça pour rien au monde, lui qui en a pourtant vu d'autres ça et là de la planète. Mieux que le Big Three de Miami, la nouvelle salle d'Orlando ! "Je n'ai jamais vu des installations aussi abouties", soufflait, bluffé, Monsieur NBA devant cette salle à 380 millions de dollars. Un complexe gigantesque, d'une capacité d'accueil de 18 500 places en configuration NBA, à vous effrayer les cancres de la classe, les Wizards, venus essuyer les plâtres jeudi. Résultat, une déculottée (112-83) comme Washington risque d'en prendre d'autres cette saison malgré l'apport déjà notable de John Wall, son pick n°1 de la draft 2010, le seul à surnager avec Cartier Martin (17 points). "Vous êtes évidemment préoccupé quand vous amenez une jeune équipe dans ce type d'environnement", avouait Flip Saunders, le coach des Wizards, à l'issue de cette première sortie de la saison. "On a raté 49 tirs et pris seulement trois rebonds offensifs..." Beaucoup de tirs ratés et peu de rebonds effectivement pour essayer de contrer l'une des valeurs sûres de la conférence, invitée à contester le duel entre Miami et Boston à l'Est. D'autant qu'à l'inverse, le Magic n'a pas raté grand-chose, à l'image de son cinq de départ qui a tourné à 69% de réussite (29 sur 42) ! Les miettes pour Pietrus Le suspense n'a pas duré longtemps dans cette rencontre, permettant aux spectateurs de mieux découvrir en détails les atours de l'Amway Center. A l'issue du premier quart-temps (29-15), l'affaire était pliée, ficelée par Vince Carter, Dwight Howard et Rashard Lewis, auteurs à eux trois de 13 points en quelques minutes pour un 15-2 rédhibitoire pour les Wizards déjà pointés à 17 longueurs (24-7). L'écart ne redescendra plus sous les 13 points, atteignant jusqu'à 24 points à la pause et 31 points à l'issue du troisième quart-temps. Le moment choisi par Stan Van Gundy, déjà tourné vers le prochain rendez-vous du Magic dès ce vendredi soir contre... Miami, pour rappeler sur le banc son cinq majeur, dont Dwight Howard qui aura donc inscrit 23 points et pris 10 rebonds en 30 minutes, meilleure performance de la soirée qui aurait touché au presque-parfait s'il n'avait pas raté 10 lancers francs sur 19. Jusqu'alors réduit aux miettes, Mike Pietrus en a profité pour enchaîner 12 malheureuses minutes, occasion qu'il a tenté d'exploiter au mieux avec un ballon volé et huit points inscrits, grâce notamment à deux tirs primés.