On repart de zéro ?

  • A
  • A
On repart de zéro ?
Partagez sur :

Qualifiée pour le Tour principal de l'Euro 2010 grâce à sa victoire sur la Slovénie (29-19), l'équipe de France n'aura aucun point au compteur avant d'affronter les Pays-Bas, dimanche. Dans ces conditions, une qualification pour les demi-finales semble improbable, surtout après le forfait de Sophie Herbrecht. Mais les Bleues n'ont peut-être pas dit leur dernier mot...

Qualifiée pour le Tour principal de l'Euro 2010 grâce à sa victoire sur la Slovénie (29-19), l'équipe de France n'aura aucun point au compteur avant d'affronter les Pays-Bas, dimanche. Dans ces conditions, une qualification pour les demi-finales semble improbable, surtout après le forfait de Sophie Herbrecht. Mais les Bleues n'ont peut-être pas dit leur dernier mot... L'encéphalogramme de l'équipe de France féminine n'est peut-être pas aussi plat qu'on le pensait après ses deux premiers matches. Laminées par la Norvège (22-33) puis étrangement amorphes contre la Hongrie (18-21), dans le groupe D de l'Euro 2010, les Bleues se sont donné une chance de se refaire une beauté en dominant, vendredi à Lillehammer, une équipe de Slovénie sans répondant (29-19). Une victoire qui leur suffit pour figurer au Tour principal de la compétition, qu'elles débutent ce dimanche face aux Pays-Bas. Avec quelle ambition ? A priori, aucune qui puisse leur permettre d'accéder aux demi-finales. "D'habitude je ne suis pas pessimiste mais là..., admet d'ailleurs Siraba Dembélé sur le site de la FFHB. Pour moi, l'objectif est de terminer cinquième. On part quand même avec zéro point ! Le chemin est vraiment, mais alors vraiment petit." Leur faux départ, les filles d'Olivier Krumbholz le paient cher puisqu'elles entament cette deuxième phase sans le moindre acquis comptable, au même niveau que l'Ukraine. Darleux: "C'est simple, il faut tout gagner !" Pour espérer se hisser dans le dernier carré, elles devront donc emporter leurs trois prochaines rencontres contre les Néerlandaises, les Suédoises et les Ukrainiennes. Infaisable ? Peut-être pas. Le forfait de Sophie Herbrecht, touchée au genou gauche face aux Slovènes et remplacée dans le groupe tricolore par Angélique Spincer, n'est pas vraiment une bonne nouvelle. Mais les Bleues ont montré de réels progrès dans le jeu lors de cette troisième sortie ponctuée par un succès mérité qui, Camille Ayglon l'espère, pourrait être le déclic tant attendu. "On a retrouvé de l'envie, de l'enthousiasme, se réjouit-elle. Il faut qu'on arrête les calculs, qu'on arrive à gagner ces trois rencontres et qu'on montre un autre visage en deuxième semaine." L'arrière des Bleues est, avec Mariama Signaté, l'une des joueuses qui a enfin convaincu le sélectionneur national, satisfait de leur performance individuelle contre la Slovénie. Elle devra maintenir ce niveau-là pour permettre aux Françaises d'y croire jusqu'au bout. D'autant que les Pays-Bas, la Suède et l'Ukraine ne sont pas des adversaires imprenables pour les vice-championnes du monde. "C'est simple, il faut tout gagner !, annonce la gardienne Cléopâtre Darleux. Je pense qu'on en est capable. Ce qui est certain, en revanche, c'est qu'on n'y parviendra pas avec le niveau de jeu produit lors des deux premières journées. J'espère qu'on va monter encore en puissance. Parce qu'il va falloir jouer encore un cran au-dessus." C'est une obligation.