On ne sait jamais...

  • A
  • A
On ne sait jamais...
Partagez sur :

Alors que Camille Lacourt devrait facilement se qualifier pour la finale du 50 mètres dos dans l'après-midi, trois Bleus auront l'occasion d'offrir une nouvelle médaille à la France lors de ces Mondiaux de Shanghai: Alain Bernard sur 50 mètres nage libre, Mélanie Hénique sur 50 mètres papillon et Alexianne Castel sur 200 mètres dos. Les trois ne sont que des outsiders mais dans l'euphorie collective...

Alors que Camille Lacourt devrait facilement se qualifier pour la finale du 50 mètres dos dans l'après-midi, trois Bleus auront l'occasion d'offrir une nouvelle médaille à la France lors de ces Mondiaux de Shanghai: Alain Bernard sur 50 mètres nage libre, Mélanie Hénique sur 50 mètres papillon et Alexianne Castel sur 200 mètres dos. Les trois ne sont que des outsiders mais dans l'euphorie collective... Au lendemain de la magnifique médaille d'argent du relais 4x200 mètres nage libre et à la veille d'un final que la délégation française espère en apothéose, avec deux nouvelles très belles chances de médailles pour Camille Lacourt sur 50 mètres dos et le relais 4x100 mètres 4 nages, trois Bleus ont l'occasion de jouer les traits d'union samedi et de garnir le tableau d'honneur tricolore lors de ces Mondiaux de Shanghai. Trois nageurs qui, il faut le dire, auront du mal à accrocher un podium mais rêvent tout de même d'accrocher un podium pour participer à la fête: Alain Bernard sur 50 mètres nage libre, Mélanie Hénique sur 50 mètres papillon et Alexianne Castel sur 200 mètres dos. Pas qualifié sur la distance reine, l'Antibois, déjà médaillé d'argent avec le relais 4x100 mètres nage libre mais qui rumine depuis dimanche son départ poussif qui a peut-être privé la France de la consécration, espère donner un peu plus de saveur à ses Mondiaux en jouant sa carte sur la simple longueur de piscine où l'on attendait Frédérick Bousquet, vice-champion du monde en titre mais surpris dès les séries vendredi. "Je n'ai à rien à perdre, ce n'est que du bonus. Je suis là pour faire la surprise", résume-t-il. A coup sûr, ça en serait une s'il parvenait à monter sur la boîte d'une finale qui aura du mal à échapper au Brésilien Cesar Cielo, donné favori devant son compatriote Bruno Fratus, meilleur temps des demi-finales (21"76), l'Américain Nathan Adrian, l'Italien Luca Dotto, le Hongrois Krisztian Takacs, le Sud-Africain Gideon Louw et le nageur de Trinidad George Bovell. Hénique et le bonnet porte-bonheur Avant lui, Mélanie Hénique en aura fini avec sa première finale mondiale. Médaillée de bronze européenne l'été dernier à Budapest, la jeune Picarde de 18 ans déborde d'ambitions, qu'importe si elle se frottera à ce qui se fait de mieux. "Ça passe et je suis contente d'être dans cette finale. Tout sera permis demain. J'espère de bonnes choses", confiait vendredi la protégée de Michel Chrétien à Amiens. "Je vais profiter de cette dernière course pour tout lâcher, tout donner et aller toucher le mur le plus vite possible", ajoutait celle qui nagera encore avec le bonnet de Jérémy Stravius, son coéquipier d'entraînement et peut-être un peu plus. "On est de supers amis, on est comme frère et soeur", disait vendredi le triple médaillé de Shanghai (or sur 100m dos, argent avec les relais 4x100 et 4x200 mètres nage libre). "Ce bonnet, c'est un porte-bonheur." Championne du monde en petit bassin l'hiver dernier à Dubaï, Alexianne Castel sait qu'elle a déjà réussi ses Mondiaux à un niveau tout autre. "Le cap est passé, c'est ce que je voulais parce que je savais que ce serait dur de passer en finale. Je suis super contente car je réalise en plus mon meilleur temps sans combinaison (2'08"41)", confiait la Toulousaine qui a déjà nagé en 2'07"55 avec combinaison. "Je me suis donnée à fond, je ne vais pas vous le cacher. En finale, personne n'est intouchable mais il y en a qui sont plus fortes que moi, je suis lucide", a-t-elle ajouté. "J'aimerais bien gagner encore quelques dixièmes." Et espérer, comme Bernard et Hénique, que ça puisse passer pour monter sur le podium.