"On n'a pas vraiment douté"

  • A
  • A
"On n'a pas vraiment douté"
Partagez sur :

Retrouvez les réactions des principaux acteurs du match entre l'équipe de France et la Lettonie, remporté ce mercredi à Siauliai (Lituanie) par les Bleus (89-78) dans le groupe B de l'Euro 2011.

Retrouvez les réactions des principaux acteurs du match entre l'équipe de France et la Lettonie, remporté ce mercredi à Siauliai (Lituanie) par les Bleus (89-78) dans le groupe B de l'Euro 2011. Boris Daw: "On avait déjà joué pas mal de matches comme ça. La Bosnie shootait beaucoup elle aussi. Le tout, c'était de garder la pression défensive durant tout le match et de les faire craquer physiquement. C'est ce qu'il s'est passé en deuxième mi-temps. On n'a pas vraiment douté, on savait que ça allait être difficile et on l'a emporté. Maintenant, il faut engranger le plus de victoires possible. Celle-là, on la prend avec beaucoup de plaisir. La zone ? C'est un peu embêtant mais on n'a quand même mis près de 90 points. Petit à petit, on va réussir à l'attaquer de mieux en mieux. Là, on a déjà trouvé des solutions et c'est vrai que, si on met les shoots extérieurs, c'est tout de suite plus facile." Tony Parker: Je suis content qu'il n'y ait pas eu de surprise parce qu'il y en a toujours une lors des premiers matches de l'Euro. Il faut donner beaucoup de crédit aux Lettons. Ils ont fait un très bon match, ils étaient on fire. C'est ce qui fait la beauté du basket, rien n'est garanti et c'est bien qu'on s'en sorte avec la victoire. Et puis, c'est un bon entraînement parce qu'ils ont fait quarante minutes de zone et Israël fera la même chose demain (jeudi). Je pense que toute l'équipe a fait un bon match. Mike Gelabale a mis des shoots importants, Nicolas Batum aussi. On a bien bougé la balle sur zone. Boris (Diaw) a été très important, c'est lui qui menait le jeu face à la défense de zone. Tout le monde a vraiment contribué à cette victoire. Il n'y a pas d'inquiétude à avoir. On marque 89 points sur quarante minutes de zone et pour moi, c'est positif." Joakim Noah: "Sur un match, tout est possible. On le savait. Les équipes ici jouent avec beaucoup de passion. L'ambiance ressemble un peu plus à ce que j'ai connu à l'université qu'en NBA. Le jeu européen est aussi très physique mais ça ne m'a pas surpris. Maintenant, toutes les rencontres vont être importantes et c'est pour ça qu'il faut garder la tête froide. Ça ne fait pas longtemps qu'on joue ensemble mais je trouve que cette équipe peut encore bien s'améliorer." "L'Euro commence bien" Florent Pietrus: "On s'attendait à un match très difficile. Tout le monde avait à coeur de bien faire, de bien commencer cette compétition. On est tombé sur une équipe vraiment motivée, qui nous a posés des problèmes. Mais on a su rester concentrés. Vincent (Collet) nous a dit de ne pas nous affoler. Cette équipe lettone nous a repoussés dans nos retranchements mais le point positif, c'est qu'on est restés mobilisés. Chaque joueur qui est entré a apporté ce qu'il avait à apporter. L'Euro commence bien, il faut que ça continue. Andrew Albicy: "Ça n'a pas été un match très facile, ils nous ont tenu jusqu'au bout. Les deux paniers à trois points de Mike (Gelabale) et Nico (Batum) à la fin nous ont libérés, ça nous a permis de faire l'écart et de souffler un peu. Après, on a fini le travail et Tony (Parker) a mis ses tirs. On a vraiment besoin de lui, on le savait. [...] La Lettonie est une bonne équipe mais chez eux, ils ont vraiment été euphoriques. (Janis) Blums était extrêmement adroit, sur un nuage. On n'a vraiment pas douté parce qu'on savait qu'ils allaient s'arrêter. L'adresse extérieure, ça ne dure jamais sur tout un match. Ou alors c'est rare." Vincent Collet: "Souvent, lors des premiers matches, tout le monde est frais. Tout le monde a beaucoup d'espoirs. Personne n'a encore perdu donc les équipes jettent tout leur venin. Il y a aussi peut-être la charge émotionnelle qui pèse plus sur l'équipe qui est favorite avant le match. J'ai un peu ressenti ça au début du match, je nous ai trouvés craintifs dans les premiers échanges. Le niveau défensif n'était pas celui qu'on avait habituellement et ça a permis aux Lettons de prendre confiance. Après, ils ont été exceptionnels, il faut savoir le reconnaître. On ne peut pas dire qu'on ne défendait pas mais ils ont continué à scorer de manière insolente. Mais on a su ne pas paniquer, on a trouvé des solutions sur la zone pour finalement l'emporter grâce à deux tirs à trois points consécutifs de (Nicolas) Batum et (Mickaël) Gelabale et bien sûr Tony (Parker), qui a fait un grand match ce soir."