"On n'a pas à rougir"

  • A
  • A
"On n'a pas à rougir"
Partagez sur :

Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la finale de l'Euro 2011 de basket, disputée ce dimanche soir à Kaunas et remporté par l'Espagne contre l'équipe de France (98-85).

Retrouvez les réactions des principaux acteurs de la finale de l'Euro 2011 de basket, disputée ce dimanche soir à Kaunas et remporté par l'Espagne contre l'équipe de France (98-85). Nicolas Batum: "C'est dur de finir cette grande aventure par une défaite. On voulait tellement la médaille d'or... On a essayé de tout donner sur le terrain mais on est tombés sur une équipe d'Espagne qui a su installer son jeu. Elle a l'expérience des finales et elle a su revenir à chaque fois. Ils ont été impressionnants, vraiment. On était un peu fatigués alors qu'eux, ils ont une rotation extraordinaire. Quand Gasol sort, c'est Ibaka qui rentre... Mais on n'a pas à rougir, on a appris des choses dans cet Euro et il faudra essayer de les mettre en place dans le futur. On va grandir avec cette défaite-là. Ça sera un peu difficile ce soir mais dès demain (lundi), on pensera à l'année prochaine. On fera tout pour aller chercher la médaille à Londres. On peut être fiers de ce qu'on a fait pour le basket français." Ali Traoré: "On est sur la deuxième marche du podium, ce n'est quand même pas rien. Mais après ce match, c'est forcément la déception qui domine. C'était vraiment compliqué pour nous parce que dès qu'on revenait, ils arrivaient à refaire la différence. On peut dire que l'Espagne était plus forte que nous, tout simplement. Pour gagner, on aurait dû faire le match parfait. Chaque petite erreur, on l'a payée cash. C'est vraiment le très, très haut niveau. Mais le groupe n'est pas mort, on a encore de belles pages à écrire. Là, chacun va retourner dans son club mais on s'est déjà calé des petites séances d'entraînement, Joakim (Noah) et moi, avant la campagne de l'année prochaine." Boris Diaw: "Ils ont mieux joué que nous. Ils ne sont pas plus athlétiques, ni plus rapides. C'est vraiment sur la connaissance du jeu qu'ils ont été plus malins. Ça fait longtemps qu'ils jouent ensemble et je pense que nous, on a encore une marge de progression à ce niveau-là. Contre une équipe du niveau de l'Espagne, on ne peut pas revenir même si on y met tout notre coeur. Il aurait fallu mieux rentrer dans le match et être plus constants qu'eux. Quand on était à quinze points, et qu'il restait sept minutes, on aurait dû remettre un coup de boost, ne pas lâcher, pour tenter de revenir une dernière fois et voir si ça allait passer. Maintenant, on va tout mettre en oeuvre pour réussir l'année prochaine. On est la deuxième meilleure équipe d'Europe. On espère encore faire mieux." Joakim Noah: "On a joué contre une très forte équipe qui joue vraiment bien au basket. Ils ont des supers joueurs à l'intérieur, ça tire très bien à trois points. Perdre une finale, c'est toujours difficile. Mais c'est quand même une superbe expérience. On s'est qualifiés pour les J.O. et c'est très beau. Même si ça fait mal ce soir, on a réalisé quelque chose de très bien. Je suis très fier de ce groupe. Je me suis fait plaisir avec tout le monde, ce sont vraiment des gars bien. D'avoir pu vivre ces émotions avec eux, avec ma famille, c'était génial. Cette expérience, on s'en souviendra pendant un long moment. Ça ne fait pas longtemps qu'on joue ensemble et je pense qu'on sera encore meilleurs la prochaine fois." Mickaël Gelabale: "On n'a pas produit le basket qu'on a l'habitude de faire. On aurait dû faire comme les Espagnols, prendre l'avantage de la première minute jusqu'à la fin. Eux l'ont fait et ont vraiment mérité de l'emporter. L'expérience des grands rendez-vous a aussi joué un rôle, je pense. J'espère qu'on va retirer le meilleur de cette finale-là et que ça nous apportera des choses pour le futur. Malgré tout, ce qu'on a fait est très positif. On avait un objectif: se qualifier pour les Jeux Olympiques. On a fait ce qu'on avait à faire. Maintenant, il faut aller de l'avant, c'est ça qui est important." Vincent Collet: "Comme on est des compétiteurs, on rêvait de mettre une cerise sur ce très beau gâteau qu'on avait déjà confectionné tout au long de cet Euro. Mais on est aussi réalistes, on connait le basket. Au niveau où étaient les Espagnols ce soir, c'était vraiment très dur d'aller les chercher. Ils sont même quasiment injouables. Je ne crois pas qu'on ait à rougir du match, simplement l'Espagne a joué à son meilleur niveau. On est déçu, bien sûr. Mais on n'a pas lâché. On a su offrir à toute l'Europe une très belle finale de basket, avec beaucoup d'actions spectaculaires, de rythme et d'intensité. Il y a un peu d'amertume mais il faut quand même célébrer cette finale. On va se quitter demain (lundi) donc c'est important de prendre date. C'est un encouragement pour le futur." Jean-Pierre de Vincenzi: "Je pense que l'équipe de France manque encore d'expérience pour rivaliser durant toute une rencontre avec une équipe du niveau de l'Espagne. Si j'ai un regret, c'est pour eux, les joueurs. Ils sont passés tout près alors qu'il y avait une possibilité de le gagner. Ça s'est parfois joué à un ballon près, où on faisait une erreur et on reprenait un panier derrière. La réalité est là, il faut l'admettre et continuer à travailler. C'est une excellente année pour le basket français. Quand je regarde dans le passé, je me dis que ça se joue à peu de choses. Alors on savoure. On a maintenant un an devant nous pour préparer ces Jeux Olympiques, c'est fantastique." Chantal Jouanno: "Les joueurs ont déjà tous à la bouche l'envie de revenir l'année prochaine pour les Jeux Olympiques. Pour la France, pour le sport français, c'est magnifique ce se dire que la basket est qualifié d'office. En plus, nos stars ont envie de s'investir pour l'équipe de France, c'est assez exceptionnel de voir ça. Ça peut donner un coup de fouet formidable à ce sport en France."