OM, l'état d'urgence

  • A
  • A
OM, l'état d'urgence
Partagez sur :

La situation de l'OM est inconfortable avant d'accueillir samedi le Stade Rennais pour le compte de la 5e journée de Ligue 1. Outre le fait de n'avoir pas encore gagné en championnat, les Olympiens connaissent des soucis d'effectif, une défense pas encore rassurante et 7 matches en 21 jours. Il y a de quoi effectivement tirer la sonnette d'alarme.

La situation de l'OM est inconfortable avant d'accueillir samedi le Stade Rennais pour le compte de la 5e journée de Ligue 1. Outre le fait de n'avoir pas encore gagné en championnat, les Olympiens connaissent des soucis d'effectif, une défense pas encore rassurante et 7 matches en 21 jours. Il y a de quoi effectivement tirer la sonnette d'alarme. OM-Rennes rappelle de très bons souvenirs aux Marseillais. Au soir de la 36e journée, ce 5 mai 2010, l'équipe de Didier Deschamps avait dominé les Bretons 3-1, avec des buts de Heinze Niang et Lucho. Cette victoire assurait aux Marseillais le titre de champion de France, 18 ans après le dernier homologué. Samedi, le coach olympien signerait les yeux fermés pour remporter à nouveau les trois points, même si cela doit se faire dans la douleur par le score minimum. "Ce début de saison n'est pas conforme évidemment à nos attentes, ce n'est pas suffisant. Evidemment qu'il y a urgence. La pression est toujours là, encore plus maintenant", juge DD. Avec trois matches nuls, dont deux concédés à domicile, et une défaite, même honorable et frustrante, à Lille (3-2), l'Olympique de Marseille a déjà pris du retard sur la concurrence. "Il ne faut pas être alarmiste parce que les résultats ne sont pas là. L'important est d'avoir confiance", répond Deschamps. Si la motivation de son groupe est intacte, les interrogations sont légitimes. A commencer par celles entourant une défense friable (7 buts en 4 matches), ce que ne conteste pas une seconde Deschamps, "on doit gagner en rigueur et en efficacité défensive." Deschamps: "Gignac ?Je suis satisfait de son comportement." On pourrait en dire autant sur le secteur offensif dont l'animation manque de créativité. Le staff olympien peut toujours se dire que l'équipe arrive à se créer des occasions. Le contraire, naturellement, serait hautement plus inquiétant. Mais tout de même, après quatre journées, rapporte France-Football (source Opta) l'OM a tiré 70 fois au but mais n'a cadré qu'une fois sur trois (32,1%), et la moitié des six buts inscrits l'a été sur coup de pied arrêté. Et le sujet de l'attaquant revient sur le tapis. Deschamps a tenté de débaucher Amauri le denier jour du mercato, tout en envoyant Gignac à Fulham, sans résultat. Le buteur de la Juve coûtait trop cher et « Dédé » est revenu au bercail, visiblement sans rancune. "L'idéal aurait été de prendre quelqu'un et de le garder pour lui laisser le temps de revenir, mais c'était impossible sur le plan économique", explique simplement DD, soulignant l'attitude de l'ex-Toulousain à son retour au centre RLD : "Je suis satisfait de son comportement. Il est déterminé". Cela tombe bien car il possède même de bonnes chances d'être titulaire sur le côté gauche contre Rennes, profitant, il est vrai, du forfait d'André Ayew, touché aux adducteurs avec le Ghana. Au forfait du Black Star, il convient d'ajouter celui de Nicolas N'Koulou, suspendu trois matches pour avoir piétiné Florent Sinama-Pongolle. La défense centrale Fanni-Diawara sera donc reconduite, Stéphane M'Bia poursuivant sa convalescence. Mais les signaux ne sont pas tous au rouge pour les champions de France 2010, plutôt séduisants à Lille, malgré la défaite. Il leur faudra s'appuyer sur cette performance et montrer de toute façon beaucoup de solidité, dans le jeu comme dans les têtes, car après Rennes, l'OM enchaînera 7 matches en 21 jours. Et il peut se passer beaucoup de choses.