OM, gare au faux départ

  • A
  • A
OM, gare au faux départ
Partagez sur :

OM-Sochaux, telle sera la première affiche de la saison 2011-2012, samedi soir, dans un Vélodrome en chantier. L'occasion pour les Olympiens de Didier Deschamps d'honorer leurs prétentions, eux que l'on annonce en reconquête après le sacre lillois. Avec une pointe de défiance tout de même au vu des précédents débuts de saison du club marseillais.

OM-Sochaux, telle sera la première affiche de la saison 2011-2012, samedi soir, dans un Vélodrome en chantier. L'occasion pour les Olympiens de Didier Deschamps d'honorer leurs prétentions, eux que l'on annonce en reconquête après le sacre lillois. Avec une pointe de défiance tout de même au vu des précédents débuts de saison du club marseillais. Plus qu'un retard à l'allumage, une catastrophe... Certains considèrent que l'OM n'a pas forcément perdu son titre contre le Losc, au Vélodrome, un soir de mars où Hazard et Frau avaient plongé l'enceinte du boulevard Michelet dans le silence (1-2). Pour ceux-là, le champion sortant a manqué la passe de deux dès le coup d'envoi de la saison, plombé par un départ calamiteux marqué par deux revers face à Caen (1-2) et Valenciennes (3-2). Deux formations qui auront échoué au final aux 15e et 12e rangs. "Après deux matches, on comptait zéro point et cinq buts encaissés. Il sera difficile de faire plus mal", ironise aujourd'hui Didier Deschamps. "Le fait d'avoir eu tout le monde très tôt pour la préparation a permis de travailler dans la sérénité. C'est bien d'avoir déjà une base et un acquis par rapport aux cinq semaines où le groupe a vécu ensemble", poursuit l'entraîneur des Olympiens, soulagé d'avoir vécu sa première intersaison sans remous depuis son retour dans la cité phocéenne. Le fameux calme olympien Entre la mort de Robert Louis-Dreyfus et le départ de Pape Diouf à l'été 2009, les départs précipités et conflictuels de Mamadou Niang et Hatem Ben Arfa l'an dernier, le technicien n'a il est vrai pas eu le privilège de préparer ses troupes dans la sérénité ces deux dernières saisons. Cette fois, Vincent Labrune a certes succédé à Jean-Claude Dassier à la présidence du club mais le passage de témoin s'est fait sans heurt. Et les nouvelles recrues - les Diarra, Amalfitano, Nkoulou, Morel et Bracigliano - ne se sont pas fait attendre. Le cas de Lucho Gonzalez demeurant cependant à régler. "Marseille, comme d'autres clubs, commence la saison en visant le titre. Le championnat reste la priorité avec au minimum une qualification en Ligue des champions", avance Didier Deschamps, raisonnablement confiant même s'il n'oublie pas le PSG et son vertigineux mercato. "Par rapport aux investissements colossaux, il est naturel de faire des Parisiens les favoris. Ils ont recruté des chevaux de course et ce n'est pas fini", souffle-t-il, avec une nuance néanmoins: "Ce n'est pas parce qu'on a acheté les meilleurs joueurs au monde qu'on réussit de grands résultats." Une victoire sur six matches de reprise... "Les prédispositions sont bonnes, résume finalement le stratège phocéen à l'évocation de son effectif. Mais il faut éviter de prendre une gifle samedi. La réalité du jour, c'est Sochaux. Et ce ne sera pas facile." Pas facile même si les Lionceaux restent sur trois défaites au Vélodrome en Ligue 1. A l'image du faux départ réalisé la saison passée, les Marseillais ont pris la fâcheuse habitude de manquer leurs débuts de championnat ces dernières années. Depuis 2005 en effet, l'OM n'a guère remporté qu'un match de reprise. C'était il y a deux ans à Grenoble (0-2). "C'est une bonne chose d'affronter Marseille en début de championnat étant donné leurs premiers matches des années précédentes", estime ainsi le défenseur sochalien Damien Perquis. Une bravade pour la forme, car au fond l'intéressé ne tarit pas d'éloges sur ses futurs hôtes. "Etre mené 3-1 et gagner le Trophée de Champions 5-4, ça prouve qu'ils ont des grandes ressources mentales, souligne Perquis, en référence à la victoire renversante de l'OM sur le Losc le 27 juillet dernier à Tanger. Et ils ont de très bons joueurs: les frères Ayew, Rémy avec lequel ça va très vite, et c'est adroit devant le but. C'est une très bonne équipe." Une équipe redoutable certes, qui pour cette première devra composer sans Gignac et Nkoulou.