Ogier, vice-roi en Catalogne ?

  • A
  • A
Ogier, vice-roi en Catalogne ?
Partagez sur :

Sébastien Ogier défend ce week-end sur les routes espagnoles sa deuxième place au championnat du monde WRC. Face à Latvala, Solberg ou Sordo, le Français a l'occasion d'afficher ses progrès sur route et en mise au point lors de ce rallye mixant terre et asphalte. Un vrai test en somme pour viser plus haut: inquiéter en 2011 le roi Loeb, déjà sacré, au volant de la nouvelle Citroën DS3.

Sébastien Ogier défend ce week-end sur les routes espagnoles sa deuxième place au championnat du monde WRC. Face à Latvala, Solberg ou Sordo, le Français a l'occasion d'afficher ses progrès sur route et en mise au point lors de ce rallye mixant terre et asphalte. Un vrai test en somme pour viser plus haut: inquiéter en 2011 le roi Loeb, déjà sacré, au volant de la nouvelle Citroën DS3. Choyé, Sébastien Ogier ! Ce week-end en Catalogne, le Gapençais pourra en effet bénéficier du soutien de tout le Junior Team Citroën. Avec le forfait de Kimi Räikkönen, victime lors du shakedown jeudi d'une violente sortie de piste aux conséquences implacables (l'arceau de sécurité endommagé étant synonyme d'abandon avant même le départ), le jeune Français pourra compter sur la présence de l'ensemble de son team, contraint de n'aligner qu'une seule C4 sur les routes et pistes catalanes. Dans le parc fermé de Salou-Port Aventura, le champion du monde junior aura de toute façon bien besoin d'une armada. Car ce rallye au parcours mixant asphalte et terre (une première depuis San Remo 1996, Chypre en 2009 et la Turquie cette saison comprenant les deux surfaces mais avec réglages et pneumatiques uniques, typés terre) se révèle être un véritable test pour Ogier, dont l'habileté sur terre ne semble avoir pour égal que ses limites sur asphalte. Sa troisième place en Allemagne lui a montré la voie, le contraste en Alsace entre un premier temps scratch sur route étant tempéré par des difficultés à être régulier et une casse d'un amortisseur. Tout cela illustre la marge encore à franchir. Et la finesse de réglages ainsi que la faculté à passer d'une surface à l'autre, et donc de types de pilotage très différents, devraient jouer un grand rôle ce week-end. Gare à Sordo, toujours en quête d'une première victoire... D'autant que son nouveau statut de dauphin de Loeb n'offre à Ogier qu'un avantage limité à l'heure de s'élancer sur une première étape comprenant des passages sur terre. En partant en seconde position derrière le (toujours) champion du monde, le duo Ogier-Ingrassia devrait être contraint de balayer la piste. L'idéal pour des rivaux bien décidés à s'accrocher. "Il faudra rester au contact et ne pas perdre trop de temps sur les pilotes qui s'élanceront derrière nous", détaille sur son site officiel le vainqueur de l'opération Rallye Jeunes de la FFSA en 2005. "Cette première journée mixte pourrait jouer un rôle prépondérant sur le classement final. Mon objectif est d'être vice-champion du monde... Et ça passe par un bon résultat en Espagne." Car si Jari-Matti Latvala ou Petter Solberg sont ses plus proches poursuivants dans la course à la place de dauphin, Dani Sordo pourrait aussi profiter de cette avant-dernière manche pour se mêler à la lutte. L'Espagnol, débarrassé de toute pression et consignes d'équipe depuis que Loeb a eu la bonne idée de ravir le titre dès le week-end alsacien, pourrait jouer gros sur ce rendez-vous à domicile. En partant en cinquième position, l'éternel second de Loeb sur asphalte pourrait prendre un avantage conséquent à l'issue de la première étape. Quasi décisif pour enfin décrocher la victoire et se replacer tout près d'Ogier (il figure actuellement à 41 points)? Pas sûr, d'autant que le Français peut voir venir. Après ce difficile challenge espagnol, la dernière manche aura en effet lieu en Grande-Bretagne lors du traditionnel RAC. Un rallye intégralement sur terre... Un peu comme au Japon le mois dernier où sa démonstration avait laissé pantois les observateurs et fait enrager le roi Loeb, totalement dépassé et mis sur la défensive. Reste à confirmer, faire taire la thèse d'un simple exploit et présenter de sérieuses garanties comme une mise en bouche d'une saison 2011 où tous attendent qu'il fasse vaciller le trône d'un Loeb encore triomphant cette année...