Ogier garde son bien

  • A
  • A
Ogier garde son bien
Partagez sur :

Vainqueur de son tout premier rallye WRC au Portugal l'an dernier, Sébastien Ogier a conservé sa couronne lusitanienne, ce week-end, en parvenant à dominer son coéquipier Sébastien Loeb, co-leader du classement général désormais. Malgré le podium accroché par Jari-Matti Latvala, Ford n'a pas été heureux sur cette course. La Fiesta, au contraire de la DS3, a souffert sur la terre portugaise.

Vainqueur de son tout premier rallye WRC au Portugal l'an dernier, Sébastien Ogier a conservé sa couronne lusitanienne, ce week-end, en parvenant à dominer son coéquipier Sébastien Loeb, co-leader du classement général désormais. Malgré le podium accroché par Jari-Matti Latvala, Ford n'a pas été heureux sur cette course. La Fiesta, au contraire de la DS3, a souffert sur la terre portugaise. Cette fois, Sébastien Ogier a tenu bon. Poussé à la faute au Mexique il y a trois semaines alors qu'il occupait la tête du rallye à l'entame de l'étape ultime, victime de la pression exercée par un Sébastien Loeb revenu à 11 secondes de sa position, le champion du monde junior 2008 n'a pas flanché au Portugal. De nouveau talonné par son illustre aîné dans la dernière ligne droite de la course, le Gapençais a fait preuve d'une grande maîtrise pour mener à bien sa mission, et remporter le troisième rallye de sa jeune carrière en WRC. La saison passée, c'est sur ces mêmes routes lusitaniennes que l'intéressé avait ouvert son compteur, avant de confirmer quelques semaines plus tard au Japon. A l'époque, il avait su faire la différence dès la première étape, raflant cinq scratches sur sept possibles. Ce week-end, c'est lors de la deuxième étape que Sébastien Ogier a bâti son triomphe portugais. Profitant des malheurs d'un Jari-Matti Latvala coupé dans son élan de leader provisoire par une casse d'arbre de transmission, le pilote Citroën a hérité des commandes du classement général dès le 10e chrono. Pour ne plus les lâcher. Au terme de la deuxième étape, samedi soir, c'est nanti d'une avance de 4'14 sur la Ford de Jari-Matti Latvala que Sébastien Ogier caracole en tête des débats. Son plus proche poursuivant est alors son coéquipier Sébastien Loeb, relégué lui à 37"6 après avoir perdu une bonne trentaine de secondes dans la poussière de la Fiesta de Mikko Hirvonen, victime d'une crevaison dans l'ES9. "Il n'y a plus rien à faire", estime alors l'Alsacien, avant de confirmer son abdication au départ de la troisième étape: "Nous avons décidé de ne pas attaquer, je ne veux pas le (Ogier, ndlr) mettre sous pression." Loeb de nouveau au sommet Finalement, le double chevron a bien tiré les enseignements du rallye du Mexique. Et le team tricolore va les mettre en pratique ce dimanche pour assurer le doublé. Sagement, les deux protégés d'Olivier Quesnel rallient l'arrivée sans faire de vague - si ce n'est cette victoire bien sentie de Sébastien Loeb dans la spéciale bonifiée. Ford de son côté enregistre de nouvelles déconvenues, et notamment la rupture de l'arbre de transmission de la Fiesta de Mikko Hirvonen, cette fois, au cours de l'ES15. Une mésaventure qui n'empêche pas le tandem finlandais de la structure britannique de terminer aux troisième et quatrième places, malgré le pressing de l'inattendu Matthew Wilson, cinquième au volant de sa Fiesta estampillée Stobart. Suffisant pour sauver le leadership de Ford au classement des constructeurs, à dix points près (100 contre 90). Et celui d'un Mikko Hirvonen qui doit toutefois partager son trône désormais avec le septuple champion du monde en titre. Bien que contesté dans son propre camp, Sébastien Loeb n'aura mis que deux rallyes à effacer son ardoise suédoise.