Ogier défend son territoire

  • A
  • A
Ogier défend son territoire
Partagez sur :

Après une escale au Mexique, le WRC est de retour sur le Vieux continent, ce week-end, via la terre du Portugal. Apparue à son avantage en Amérique latine, la DS3 sera attendue au tournant dans les environs de Faro. Celle de Sébastien Ogier en particulier. Parti à la faute dans la dernière ligne droite du rallye il y a trois semaines, le Gapençais compte bien conserver la couronne qu'il avait coiffée l'an passé. Quitte à batailler encore avec Sébastien Loeb.

Après une escale au Mexique, le WRC est de retour sur le Vieux continent, ce week-end, via la terre du Portugal. Apparue à son avantage en Amérique latine, la DS3 sera attendue au tournant dans les environs de Faro. Celle de Sébastien Ogier en particulier. Parti à la faute dans la dernière ligne droite du rallye il y a trois semaines, le Gapençais compte bien conserver la couronne qu'il avait coiffée l'an passé. Quitte à batailler encore avec Sébastien Loeb. Le Portugal, c'est une terre qui parle sans doute plus que les autres à Sébastien Ogier. La saison passée, le champion du monde junior 2008 y avait décroché son tout premier succès en WRC, avant de récidiver au Japon. "C'est un grand souvenir, un moment que je n'oublierai jamais. Nous avions réussi une course quasi parfaite en attaquant du début à la fin. Même en ouvrant la route les deuxième et troisième jours, nous étions parvenus à contenir nos adversaires", se souvient l'intéressé sur son site officiel. Terre de ses exploits passés, la poussière lusitanienne n'est pas attendue avec impatience par le seul Sébastien Ogier dans le clan Citroën. Lauréat de ce même rallye en 2007 et 2009, Sébastien Loeb y voit une épreuve de référence, qui pourrait en dire long sur la suite du championnat. "Si la météo est clémente dans la région de Faro, nous serons fixés sur la réelle compétitivité des voitures dans des conditions relativement standard, c'est-à-dire proches de celles que nous allons rencontrer sur plusieurs autres rallyes." Et le septuple champion du monde en titre d'annoncer la couleur: "Pour nous, l'objectif est de faire aussi bien qu'au Mexique, à savoir gagner !" Au Portugal comme au Mexique, les deux DS3 devraient donc se livrer à un duel au sommet, tout en se méfiant de Fiesta qui jusqu'alors ont réalisé les meilleures opérations collectives. Sébastien Ogier n'en démord pas. Malgré sa mésaventure aztèque, le Gapençais est persuadé de pouvoir rivaliser avec son illustre aîné cette saison. "Je suis sûr que j'étais plus rapide que lui au Mexique par rapport à ma position sur la route, estime-t-il. Dans les mêmes conditions, je pense que j'aurais pu être plus rapide que lui. Ce qui est positif, car pour moi la saison est encore très longue." Quesnel reste zen Parti à la faute il y a trois semaines alors qu'il ouvrait la route sous la pression de l'Alsacien, le successeur de Dani Sordo au sein du team Citroën veut voir dans cette désillusion une chance de mieux figurer ce week-end sur la piste de Faro. "Même si nous n'avons pas marqué de points à Léon, il y a du positif à retirer de ce premier rallye terre de la saison. Compte tenu du phénomène de balayage, j'estime que nous avons démontré notre compétitivité. Au Portugal, je compte bien profiter de notre ordre de départ du premier jour. Cela nous permettra de construire notre course plus facilement qu'au Mexique." Qu'on se le dise, les deux Sébastien du double chevron ne se feront donc pas de cadeau sur le troisième acte de la saison. Ce qui n'inquiète pas forcément un Olivier Quesnel philosophe: "L'adversité entre deux pilotes de ce calibre est inévitable. Sébastien Ogier a énormément d'ambition, mais il a face à lui un Sébastien Loeb au sommet de son art après avoir décroché sept titres mondiaux consécutifs. Seb Loeb est habité d'une immense envie de montrer qu'il reste le meilleur pilote du monde. Nous savions que nous serions confrontés à cette situation, si ce n'est que nous ne pensions pas que cela arriverait si tôt, reconnaît le patron de Citroën Racing dans un communiqué. Au Mexique, cette rivalité n'a pas débouché sur un résultat totalement positif pour Citroën, mais je suis certain que cela aidera l'équipe à obtenir de grands résultats lors des prochains rallyes." En attendant, l'expérience mexicaine n'a manifestement pas servi de leçon...