Nowitzki-Kidd, duo gagnant

  • A
  • A
Nowitzki-Kidd, duo gagnant
Partagez sur :

Pas de mauvaise surprise pour les Mavericks. Pour le premier match de leur série du premier tour des playoffs face aux Blazers, les Texans ont en effet assuré le coup grâce à Dirk Nowitzki et Jason Kidd, Dallas l'emportant 89-81 et ses deux stars signant 28 points-10 rebonds et 24 points.

Pas de mauvaise surprise pour les Mavericks. Pour le premier match de leur série du premier tour des playoffs face aux Blazers, les Texans ont en effet assuré le coup grâce à Dirk Nowitzki et Jason Kidd, Dallas l'emportant 89-81 et ses deux stars signant 28 points-10 rebonds et 24 points. Comme attendu, les Mavs ont souffert. Mais si beaucoup craignent un nouvel échec retentissant pour les troupes de Marc Cuban - les finalistes 2006 restant en effet sur trois éliminations en quatre ans dès le premier tour des playoffs, les Texans ont assuré l'essentiel en ouvrant la série face aux Blazers par une victoire 89-81. Et Dallas n'oubliera pas de remercier l'inévitable Dirk Nowitzki et son compère Jason Kidd. Pour son 122e match de playoffs, à 38 ans, Kidd a en effet signé un nouveau record en carrière avec six tirs primés pour 24 points à 9 sur 14 aux tirs, et ce alors qu'il n'avait jamais fait mieux que 21 points en saison régulière. Et l'Allemand a, lui, une fois encore été le sauveur en chef de la franchise texane. Non seulement pour ses 28 points et 10 rebonds, mais plus encore pour ses 18 points dans le dernier quart et surtout ses 12 points consécutifs alors que Portland tentait de s'échapper à son tour Restés plus de dix minutes sans inscrire le moindre panier, les Mavs venaient en effet de voir leurs dix points d'avance se transformer en six longueurs de retard (66-72) avec à peine plus de cinq minutes à jouer lorsque l'Allemand prit le contrôle des opérations. Car si c'est Jason Kidd qui mettait fin à l'hémorragie d'un tir à mi-distance avec un peu plus de cinq minutes à jouer, c'est bien l'Allemand qui faisait la différence en enquillant notamment sept lancers et un tir primé en à peine plus de deux minutes. "Ce trois points est sans soute le panier le plus important du match, expliquait d'ailleurs Rick Carlisle à l'issue de la rencontre, ça a vraiment électrisé l'équipe et confirmé à tous qu'il fallait persister. Car le match n'a pas été simple pour Dirk, mais il n'a jamais abandonné." Reprenant à leur tour six longueurs d'avance (80-74), les Texans n'avaient dès lors plus qu'à assurer sur la ligne des lancers pour assurer leur victoire. Nicola Batum enquillait bien un tir primé, mais ses deux autres échecs à longue distance sonnaient le glas des espoirs des Blazers. Avec 14 points à 6 sur 14 aux tirs et 4 passes en 34 minutes, le Français n'a d'ailleurs pas démérité. Mais ses efforts, tout comme ceux de LaMarcus Aldridge et d'Andre Miller, les plus prolifiques avec 27 et 18 points, sont restés vains. Il en faudra plus, mardi, notamment de la part de Gerald Wallace, limité à 8 points samedi, pour éviter d'être dos au mur lors du retour en Oregon...