Novès: "Une grande expérience"

  • A
  • A
Novès: "Une grande expérience"
Partagez sur :

Plus que jamais l'équipe à battre, c'est en tenant du titre que le Stade Toulousain aborde ce dimanche sa nouvelle campagne de H-Cup sur la pelouse du Stadium face aux Wasps. Une 4e étoile sur le maillot des Champions d'Europe, qui a valu à Guy Novès d'être honoré cette semaine, mais dont le manager toulousain entend surtout être digne sur le terrain.

Plus que jamais l'équipe à battre, c'est en tenant du titre que le Stade Toulousain aborde ce dimanche sa nouvelle campagne de H-Cup sur la pelouse du Stadium face aux Wasps. Une 4e étoile sur le maillot des Champions d'Europe, qui a valu à Guy Novès d'être honoré cette semaine, mais dont le manager toulousain entend surtout être digne sur le terrain. Guy, une nouvelle campagne de H-Cup débute pour le Stade ce dimanche, au Stadium, face aux Wasps. Le fait d'être tenant du titre vous impose-t-il une pression supplémentaire ? Les joueurs sont désormais rompus à cette pression. En fréquentant cette Coupe d'Europe, au travers de ces nombreuses années, ils ont acquis une grande expérience. On sait tous que le match que l'on doit jouer est un match où l'on doit se livrer totalement, où le jeu doit être prioritaire sur l'enjeu. Parce qu'en Coupe d'Europe, si vous ne jouez pas, vous ne passez pas. Donc on restera dans cette dimension et, sans en être sûr, j'espère que ça suffira pour au moins défendre notre territoire dimanche. Estimez-vous que votre équipe monte en puissance progressivement en ce début de saison ? Il est certain qu'on a repris notre saison tardivement parce qu'en France, malheureusement, quand on gagne un titre, on a un boulet en début de saison suivant parce qu'on nous impose de ne pas nous entraîner pour reprendre l'année suivante, donc on est en difficultés au début. Mais aujourd'hui, après deux mois de compétition, neuf matches de Top 14, effectivement, on sent que les joueurs, du moins les valides parce qu'on a malheureusement beaucoup de blessés, sont vraiment en forme. Et on n'aura vraiment besoin de cette forme pour rivaliser avec cette équipe des Wasps. "Il faut jouer..." On a presque l'impression finalement que le Stade Toulousain est plus heureux en Coupe d'Europe qu'en Top 14 par rapport à l'épanouissement du club... Disons que le Top 14, il nous arrive souvent de le jouer sans nos joueurs puisqu'on nous impose de les laisser au garage quand ce n'est pas l'équipe de France, qui nous prive de ces joueurs. Alors qu'en Coupe d'Europe, on peut bénéficier de tout l'effectif. C'est un premier point. Mais il est vrai aussi que cette compétition, en ayant disputé six finales, nous a apportés tellement de joies, c'est vrai aussi quelques peines bien sûr, mais la joie de jouer devant des équipes merveilleuses, françaises ou étrangères, qu'on a l'impression de jouer une compétition sans avoir la pression du championnat. On la joue en se livrant, je le répète, totalement dans le jeu, alors qu'en Top 14, il faut absolument préserver le résultat. En Coupe d'Europe, pour avoir le résultat, il faut jouer. Le jeu y correspond plus à votre équipe ? C'est un mélange de toutes ces sensations, qui font que lorsqu'on s'engage dans cette compétition, on y arrive avec beaucoup de plaisir. Disons que l'envie de jouer correspond à notre travail puisqu'en grande majorité, 90 % de notre travail est basé sur le jeu de mouvement, le fait de porter le ballon, de se le passer, plutôt que de passer par des rucks au sol ou de taper au pied. Donc, oui, la Coupe d'Europe nous amène dans cette dimension.