Novès ne gâche pas la fête

  • A
  • A
Novès ne gâche pas la fête
Partagez sur :

Le Stade Toulousain a dignement célébré son 18e titre de champion de France dimanche, en présentant le Bouclier de Brennus à ses supporters sur la place du Capitole. Une belle fête, que certains ont cru voir gâchée par la rumeur du départ de Guy Novès, qui flottait dans l'air du Stade de France dès le coup de sifflet final. Une hypothèse réfutée par l'intéressé lui-même.

Le Stade Toulousain a dignement célébré son 18e titre de champion de France dimanche, en présentant le Bouclier de Brennus à ses supporters sur la place du Capitole. Une belle fête, que certains ont cru voir gâchée par la rumeur du départ de Guy Novès, qui flottait dans l'air du Stade de France dès le coup de sifflet final. Une hypothèse réfutée par l'intéressé lui-même. "Quand on la chance de vivre des moments comme ceux-là, on ne répond pas à des questions qui ne se sont pas posées." Invité dimanche de l'émission « RTL-L'équipe », Guy Novès n'a pas caché un certain agacement concernant la rumeur qui enflait depuis la veille et qui faisait état d'un départ proche, avec en point de mire la reprise du XV de France après la Coupe du monde. Un poste légitime pour l'entraîneur aux neuf Brennus, mais une annonce faite dans un bien mauvais timing, au coeur d'une soirée chargée en émotions. Au-delà du succès acquis dans la douleur (15-10) face à de valeureux Montpelliérains, le 18e Bouclier de Brennus décroché samedi correspondait aussi, et surtout, au dernier match disputé par une poignée de joueurs qui ont marqué l'histoire Rouge et Noir. Cédric Heymans, David Skrela, Virgile Lacombe, tous ont connu samedi leurs dernières vibrations sous le maillot du Stade, un moment que n'aurait raté pour rien au monde le manager haut-garonnais. "Une aventure exceptionnelle dans un club exceptionnel" Aux reproches formulés à son encontre de ne pas s'être présenté en conférence de presse dans l'enceinte dyonisienne pour analyser le succès de son équipe, Novès avance une explication limpide: "Je ne suis pas allé en conférence de presse pour savourer des moments intimes dans les vestiaires. Des joueurs qui quittent le club ont pris la parole pour des moments très forts. Je ne me voyais absolument pas manquer ces moments et ne pas écouter ce qu'ils avaient à dire." Un symbole fort, si besoin était, de son implication auprès de son groupe, qu'il a façonné au fil des saisons. Par son attitude distante sur la pelouse du Stade de France, pourtant, Guy Novès avait laissé la place au doute, donnant la sensation de savourer de loin d'ultimes moments de joie. Une impression balayée par Novès, toujours sur les ondes de RTL: "La seule chose certaine, c'est que je suis encore sous contrat pour plusieurs années avec le Stade Toulousain, et que je vis une aventure exceptionnelle, dans un club exceptionnel, avec des gens exceptionnels que j'ai choisis." Tout cela ne ressemble pas au chant du départ.