Nouvelles accusations contre Longo

  • A
  • A
Nouvelles accusations contre Longo
La championne cycliste doit faire face à de nouvelles accusations de dopage. Son mari, lui, a déjà été suspendu.@ MAXPPP
Partagez sur :

CYCLISME - Son mari, Patrice Ciprelli aurait acheté de l’EPO en 2007, selon le journal L’Equipe.

Très proche d’une fin de carrière, Jeannie Longo doit faire face à de très lourdes accusations depuis quelques jours. La championne cycliste, déjà menacée de sanction pour manquement aux exigences de localisation antidopage, est visée par une nouvelle affaire. D’après des informations recueillies par L’Equipe, son mari, Patrice Ciprelli aurait acheté de l’EPO en 2007. La Fédération française de cyclisme (FFC) a décider d'ouvrir une "procédure disciplinaire" à son encontre, selon Le Parisien. Et elle va même plus loin puisqu'elle a choisi de suspendre l'entraîneur de Longo à titre provisoire. 

De l’EPO chinoise transitée par les Etats-Unis

La championne olympique et multiple championne du monde est en pleine zone de turbulences. Les révélations de L’Equipe, mardi matin, sont extrêmement graves. Selon le quotidien sportif, Patrice Ciprelli, entraîneur et époux de Jeannie Longo, aurait acheté de l'EPO chinoise, appelée Eposino, via un site internet américain et un ancien cycliste Joe Papp, arrêté en 2007 pour avoir participé à un vaste trafic de produits dopants.

Le quotidien ne se contente pas de jeter un pavé dans la mare sans preuve. Et pour cause, le journal publie des fac-simile des courriers électroniques liés à la transaction. Joe Papp, le fameux revendeur évoque également très clairement le nom de Ciprelli, l’entraîneur et mari de Jeannie Longo. "J'ai vendu de l'EPO à Ciprelli à cette époque", affirme Joe Papp. Et de poursuivre : "il a spécifiquement et directement demandé sur notre site ce que lui coûteraient 80.000 iu (unités) d'EPO livrées en France. Il a d'ailleurs indiqué que c'était pour sa femme".

Des accusations immédiatement contestées par l'avocat de Jeannie Longo et Patrice Ciprelli, maître Bruno Ravaz. "C'est une contestation absolue des fausses informations qui sont publiées dans ce journal", a-t-il expliqué au micro d'Europe 1.

"Ce sont de fausses informations", estime maître Bruno Ravaz :

Encore des doutes

Mais si Joe Papp, à la tête d’un vaste trafic de produits dopants, précise que Patrice Ciprelli a acheté de l’EPO pour sa femme, le nom de Jeannie Longo n’est à aucun moment mentionné. La transaction a donné lieu à un envoi des produits à l'adresse d'une parente de Patrice Ciprelli en Isère. Pour rajouter à la confusion, Jeannie Longo n'était pas la seule sportive entraînée par Patrice Ciprelli à l'époque.

Patrice Ciprelli aurait-il joué à un double jeu ? Le mari de Jeannie Longo a délaissé sa femme pendant un moment pour entrâiner sa plus grande rivale, Edwige Pitel. En clair, l’EPO aurait très bien pu servir à la meilleure ennemie de Jeannie Longo. Ou alors, l’explication est moins alambiquée et les seringues achetées sur internet étaient destinées à la championne française elle-même.

Toujours est-il que ces nouvelles révélations interviennent alors que Jeannie Longo est mise en cause par l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) pour un défaut de localisation. Cette dernière lui reproche trois manquements en 18 mois aux règles de localisation qui imposent aux sportifs d'indiquer où ils se trouvent quotidiennement de 6 heures à 23 heures. A 52 ans, la sportive préférée des Français selon un récent sondage est peut-être en train de subir le plus dur moment de sa carrière. Dans ces circonstances et avec la suspension de son mari, la présence de Longo aux championnats du monde sur route, la semaine prochaine à Copenhague, semble de plus en plus incertaine.