Nouvelle donne en Premier League

  • A
  • A
Nouvelle donne en Premier League
@ Reuters
Partagez sur :

ANGLETERRE - A partir du 31 août, les clubs anglais seront soumis à des quotas.

ANGLETERRE – A partir du 31 août, les clubs anglais seront soumis à des quotas. "Il en va de la pérennité et de la bonne gouvernance des clubs anglais." Ainsi la FA (Football Association) justifie-t-elle la refonte de son règlement, et la nouvelle mesure suivante: à partir du 1er septembre prochain, seuls 25 joueurs par effectif seront habilités à évoluer en Premier League durant l'intégralité de l'exercice, parmi lesquels huit éléments crédités de trois saisons au moins en Angleterre ou au Pays de Galles avant leur 21e anniversaire. Seule la blessure de deux gardiens de but étant susceptible de motiver une dérogation. Echaudée par les piètres résultats de son équipe nationale ces dernières années, et par les dérives financières de certains clubs de son élite, grisés par les investissements colossaux et parfois indécents de riches mécènes issus de tous horizons, l'Angleterre a ainsi voulu donner un coup de fouet à sa formation, quitte à ce qu'elle soit dispensée à des étrangers. Le quota des huit n'étant en aucun cas lié à la nationalité des intéressés. Si un club se révèle dans l'incapacité de désigner ces huit joueurs "made in Britain", le plafond de son effectif en sera réduit d'autant (23 joueurs au maximum pour six formés au pays par exemple). En revanche, dès janvier 2011, les pensionnaires de Premier League pourront compter autant de jeunes de moins de 21 ans dans leurs rangs qu'ils le souhaitent. Quid des clubs richement dotés ? Cette largesse à venir ne devrait toutefois pas simplifier le casse-tête qui se profile déjà pour certaines équipes du royaume, et notamment les plus richement dotées. Du côté de Manchester City par exemple, si la règle des huit ne posera pas problème (Hart, Taylor, Bridge, Richards, Lescott, M. Johnson, Milner, Wright-Phillips, A. Johnson et Barry figurent notamment dans l'effectif), pas moins de 37 joueurs professionnels se trouvent aujourd'hui sous contrat. Ce qui implique la mise sur la touche de 12 éléments, tout bonnement inexploitables en championnat et probablement invités à quitter le club d'ici à la fin du mercato. Une aubaine, peut-être, pour les voisins européens et notamment les formations françaises soucieuses de dénicher une bonne affaire dans le "money time" d'un marché des transferts jusqu'alors sclérosé. Mesure équitable en apparence, à la veille de l'adoption d'un fair play financier qui devrait quelque peu redistribuer les cartes en Europe, le nouveau commandement de la FA pourrait ainsi entraîner une série de conflits préjudiciables au plus populaire des championnats au monde. D'autres excès, si ce n'est financiers, sont par ailleurs à prévoir. Cet été, les Blues de Chelsea ont misé sur un jeune Burkinabé de 14 ans, Bernard Traoré, bien décidés à parfaire sa formation à Londres afin de favoriser son éclosion. 14 ans... et demain 13 ans, 12 ans... La course internationale aux futurs talents promet d'en être que plus féroce. Au détriment des autres pays formateurs ?