Nouvel accroc pour Bordeaux

  • A
  • A
Nouvel accroc pour Bordeaux
@ Reuters
Partagez sur :

COUPE DE FRANCE - Les Girondins ont été battus par Monaco en huitièmes (2-0).

COUPE DE FRANCE - Les Girondins ont été battus par Monaco en huitièmes (2-0). Monaco aime la Coupe de France, c'est une évidence. Malgré un programme indigeste avec Lyon en 16e finale et Bordeaux en 8e de finale, le club de la Principauté a su se frayer un chemin entre les gros bras du championnat. Un résultat qui colle avec un début d'année 2010 de haute facture de la part de Monégasques qui peuvent nourrir de grosses ambitions. Car au-delà de la Coupe, ils sont également placés dans le paquet de tête en Championnat malgré un lourd revers le week-end dernier à Saint-Etienne (3-0). Même son de cloche pour les Bordelais battus à Rennes (2-4), tenus en échec par Boulogne (0-0) et préoccupés par les rumeurs concernant le départ de Laurent Blanc vers l'équipe de France. Autant d'arguments destinés à motiver les Girondins avant ce huitième de finale. Ce n'est donc pas un hasard si le champion de France en titre démarre fort. Les Monégasques sont chahutés mais vont tout de même réagir grâce notamment à la vitesse de Park et Haruna ou la technique de Nenê. Les joueurs de la Principauté vont être rapidement récompensés. Sur un coup franc de Nenê, Park place un coup de tête canon que Ramé ne peut que repousser, Djimi Traore en profite pour ouvrir le score (1-0, 28e). Bordeaux doit relancer la machine En termes d'occasions, Bordeaux s'est refait une santé mais dans le jeu, Monaco reste très dangereux en contre. A défaut de but, c'est une tempête de neige qui meuble la mi-temps, d'une petite demi-heure, avec une pelouse d'un seul coup parée de blanc. La reprise est marquée par de nombreuses erreurs techniques des deux côtés. Double erreur défensive avec Lolo qui passe Tremoulinas sur son côté avant que Fernando, sous la pression de Nenê, ne mette le ballon dans la course de Maazou qui double la mise (2-0, 56e). Un but qui place l'ASM dans une position très confortable puisqu'au-delà du score, cela les conforte dans leur option de jouer en contre. De son côté, Laurent Blanc effectue trois changements d'un coup en lançant Wendel, Gouffran et Chalmé. Les minutes passent et malgré leur bonne volonté, les Girondins ne trouvent pas l'ouverture. Bordeaux ne voulait rien lâcher. Son calendrier vient de s'alléger d'un seul coup d'un seul. Mais alors que la Ligue des champions revient en ligne de mire, il serait temps de relancer la machine.