Notes: Trinh-Duc leur a fait mal

  • A
  • A
Notes: Trinh-Duc leur a fait mal
Partagez sur :

L'équipe de France a rendu une copie impressionnante en finale. Les Bleus emmenés par un François Trinh-Duc énorme ou un Harinordoquy volant ont fait douter une équipe de Nouvelle-Zélande à qui le titre était promis. Ce fut finalement un vrai combat âpre et disputé perdu pour un petit point (7-8). Dans toutes les lignes, les Bleus ont fait le travail.

L'équipe de France a rendu une copie impressionnante en finale. Les Bleus emmenés par un François Trinh-Duc énorme ou un Harinordoquy volant ont fait douter une équipe de Nouvelle-Zélande à qui le titre était promis. Ce fut finalement un vrai combat âpre et disputé perdu pour un petit point (7-8). Dans toutes les lignes, les Bleus ont fait le travail. Morgan Parra puis Trinh-Duc : 8 Morgan Parra rêvait de cette finale. Elle n'aura duré qu'une vingtaine de minutes pour lui, il aura juste eu le temps de multiplier les plaquages. Remplacé à la 23e minute par un François Trinh-Duc tout simplement énorme en attaque et en défense. Des diagonales offensives, il est aussi à l'origine de l'essai tricolore. S'il a passé une transformation, il manque une pénalité lointaine. Mais quel match. Jean-Baptiste Poux : 5 Le pilier des Bleus a livré un bon match. Une vraie débauche d'énergie en défense ainsi qu'au coeur d'une mêlée qui a fini par avancer au fil de la rencontre. Il a tout de même été pénalisé sévèrement pour avoir effondré la mêlée. Remplacé par Barcella. William Servat : 5.5 Le talonneur a plaqué, il a avancé et défendu bec et ongle chaque centimètre. On notera tout de même deux lancers en touche ratés en fin de première période, ainsi qu'un en-avant en phase offensive. Remplacé par Szarzewski (65e). Nicolas Mas : 6.5 Avec lui, la mêlée n'est jamais inutile ! Encore un très gros travail défensif. Une vraie débauche d'énergie pour dominer la mêlée adverse durant la deuxième partie de la rencontre. Il s'est démené, a plaqué à tout va, notamment Thorn (33e). Mas a avancé à chaque fois mais cela n'a pas suffi. Pascal Papé : 6 Une grosse présence à tous les étages, une belle efficacité en touche (63e), il n'a pas ménagé sa peine à la fois en défense, dans les rucks, ou en attaque pour aller pousser les Bleus quand il le fallait. Lionel Nallet : 6 Un deuxième ligne combatif, il a sauté, poussé et couru tout au long de la rencontre. Impeccable dans son travail, il n'y a pas grand-chose à redire si ce n'est peut-être un plaquage sur Read. Thierry Dusautoir ; 8 Capitaine courage, il a été important dans tous les regroupements en plaquant à tout-va, grattant chaque ballon. Il a découpé Cruden, l'ouvreur adverse, en début de match. Superbe de courage en défense, il y a ajouté l'essai de l'espoir pour l'équipe de France (47e). Julien Bonnaire : 7 Il a débuté en volant un ballon en fond de touche (2e), avant de multiplier les efforts défensifs ou encore en touche. Très utile, il a percuté encore et encore, n'hésite pas, au passage, à découper l'adversaire comme face à Williams. Imanol Harinordoquy : 8 Véritable monsieur plus, il a été le sauteur fou qu'on aime voir en Bleu. Hari aura été le point de fixation en touche sur lancer Servat puis Szarzewski ou encore en dominant Thorn sur lancer adverse (61e). Cela ne l'aura pas empêché de mettre la pression sur les renvois ou encore de relancer jusqu'au bout... Dimitri Yachvili : 5.5 Il a joué son rôle de meneur de troupe, en aiguillant le jeu des Bleus sans toutefois parvenir à accélérer suffisamment le jeu. S'il a passé une chandelle directement en touche en entame de la rencontre, il s'est repris avec une belle prise de balle sous une chandelle (40e). Remplacé par Jean-Marc Doussain qui a connu en finale sa première sélection (76e). Alexis Palisson : 6 Placé sur son aile, il n'a pas eu énormément de ballon à disputer. Il n'a cependant pas hésité à venir dans la ligne d'attaque, à plaquer comme il a pu. Il a essayé de faire la différence grâce à ses appuis. Un ballon en touche qu'il ne peut maitriser et c'est sur cette touche que l'essai des Blacks arrive. Maxime Mermoz : 5.5 Une belle activité au centre, très utile en défense mais également en attaque avec quelques percées primordiales en seconde période. Moins en vue en début de match, il aura été meilleur au fil des minutes pour finir fort. Aurélien Rougerie : 7 Aurélien Rougerie aura été un des grands bonhommes de cette finale. Un véritable buffle qui a souvent fait du bien. Une belle touche au pied (11e), des retours en défense (17e), de beaux plaquages, il se couche sur le ballon devant McCaw dans l'en-but (30e). Il aura aussi réalisé une belle percée offensive tout en étant présent sur l'essai des Bleus. Vincent Clerc : 5 Un bon retour en défense (17e), mais il n'a pas vraiment pesé. Blessé à la jambe droite, il est remplacé par Traille qui passe à l'arrière. Chahuté sur son premier ballon, il ne peut se retourner et donner un ballon finalement perdu. A la lutte avec Dagg, c'est lui qui remporte le morceau (65e). Maxime Médard : 6.5 Présent sous les chandelles adverses, il a tenu son rôle. Passé à l'aile lors de la sortie de Clerc, Médard a été agressif comme il sait le faire en faisant perdre le ballon à Williams et percute aussi Kahui à la relance (68e). Un match solide même s'il était apparemment attendu.