Noah brille en vain

  • A
  • A
Noah brille en vain
Partagez sur :

Première balle de match sauvée. Dos au mur après les trois défaites concédées pour démarrer leur série du premier tour face aux Bulls, les Pacers ont repoussé l'inéluctable en l'emportant 89-84 dans le match 4. Derrick Rose ralenti par la défense d'Indiana et une douleur à la cheville, Joakim Noah a bien tenté de prendre le relais, mais ses 21 points et 14 rebonds n'ont pas suffi.

Première balle de match sauvée. Dos au mur après les trois défaites concédées pour démarrer leur série du premier tour face aux Bulls, les Pacers ont repoussé l'inéluctable en l'emportant 89-84 dans le match 4. Derrick Rose ralenti par la défense d'Indiana et une douleur à la cheville, Joakim Noah a bien tenté de prendre le relais, mais ses 21 points et 14 rebonds n'ont pas suffi. L'honneur est sauf. Et c'est tant mieux. Menés 3-0 après trois défaites plus crève-coeur les unes que les autres, les Pacers ne méritaient sûrement pas de quitter ces playoffs de la Conférence Est sur un sweep. Sans au moins décrocher un premier succès en phase finale depuis 2006. Cette victoire ne semblait d'ailleurs pas pouvoir suffire à contenter Frank Vogel, leur entraîneur de la franchise. "Je pense qu'on mérite de rester en course dans cette série. Mais malgré cette victoire, je reste bien évidemment déçu et énervé. Car on devrait être au moins à égalité plutôt que d'être à 1-3." Les regrets, notamment au sujet des dix points d'avance envolés dans les deux dernières minutes du math 1, risquent bien de l'accompagner durant tout l'été. Pour ce qui est du public du Conseco Fieldhouse, s'il n'a que peu modérément la victoire de ses Pacers, c'est bien plus en raison de l'invasion des supporters des Bulls. Envahissement qui avait en effet drapé l'enceinte aux couleurs rouge et noir et qui valait à l'icône locale Danny Granger une bordée de sifflets à l'heure de sceller la victoire des siens sur la ligne des lancers. De quoi choquer l'intérieur Jeff Foster, 12 ans de carrière à Indiana. "J'étais là pour chacun des matches disputés dans cette enceinte et c'est la première fois que je vois quelque chose comme ça. C'était fou." Boozer à trois points... Heureusement pour les troupes de Larry Bird, Granger, par ailleurs meilleur marqueur du match avec ses 24 points, se montrait enfin à son avantage dans les derniers instants d'une rencontre au couteau. Après avoir manqué la cible sur un tir primé, puis près du cercle à l'entame de la dernière minute, ses quatre lancers enquillés en à peine dix secondes validaient enfin la victoire d'Indiana. Cette fois donc, plus de peur que de mal pour les Pacers, la tentative de renversement tentée par leurs visiteurs échouant finalement d'un rien. D'un tir primé manqué par Carlos Boozer à la dernière seconde pour être exact. Menés de 13 points à l'entame des deux dernières minutes puis revenus à une petite longueur sur un layup - plus la faute - signé Noah, les Bulls avaient en effet 14 secondes pour enquiller le panier primé synonyme de prolongation. Derrick Rose au ralenti depuis le début de la rencontre, le système mis en place devait échouer à Luol Deng. C'était néanmoins sans compter sur la défense des Pacers et c'est finalement l'intérieur des Bulls qui tentait le panier de la dernière chance. En vain, l'ancien Jazz ajoutant en effet un nouvel échec à ses 15 points à 6 sur 15 et 13 rebonds. Une maladresse dans le ton d'une soirée également marquée par les 16 points à 5 sur 14 de Luol Deng ou les 15 points à 6 sur 22 d'un Derrick Rose surveillé de très près et victime d'une légère entorse de la cheville droite dans le deuxième quart. Au final les Bulls compilaient un piètre 38% de réussite collective. Et ce en dépit des efforts de Joakim Noah. Avec 21 points à 8 sur 13 aux tirs et 14 rebonds, le Français a eu beau livrer son meilleur match depuis son retour de blessure, ses efforts sont restés insuffisants. La faute à Danny Granger, donc, et à Roy Hibbert, 16 points et 10 rebonds au compteur tandis que Darren Collison et Tyler Hansbrough passaient au travers. De quoi laisser quelques motifs d'espoir avant de retrouver Chicago pour une cinquième manche qui risque néanmoins d'être la dernière...