Nieve, la force basque

  • A
  • A
Nieve, la force basque
Partagez sur :

Mikel Nieve a remporté ce dimanche l'étape reine du Giro, marquée par cinq ascensions dont celle finale vers Gardecchia, signant le deuxième succès d'Euskaltel en deux jours après celle d'Igor Anton au Monte Zoncolan. Alberto Contador poursuit, lui, son festival, distançant un peu plus des rivaux impuissants. L'Espagnol file vers un nouveau Giro alors que le Français John Gadret peut rêver d'un top 5...

Mikel Nieve a remporté ce dimanche l'étape reine du Giro, marquée par cinq ascensions dont celle finale vers Gardecchia, signant le deuxième succès d'Euskaltel en deux jours après celle d'Igor Anton au Monte Zoncolan. Alberto Contador poursuit, lui, son festival, distançant un peu plus des rivaux impuissants. L'Espagnol file vers un nouveau Giro alors que le Français John Gadret peut rêver d'un top 5... Euskaltel se souviendra longtemps de ce Giro 2011. Incapable de s'imposer sur les routes du Tour d'Italie depuis sa création en 1994, l'équipe basque vient de glaner deux succès en deux jours. Le héros de ce dimanche se nomme Mikel Nieve. Après sa victoire à Cotobello l'an passé lors de la 13e étape de la Vuelta, le Basque a réalisé un très gros coup ce dimanche, remportant l'étape reine de ce Giro 2011, le dernier supplice de coureurs harassés par le terrible enchaînement de difficultés des derniers jours. Après le Monte Zoncolan et une étape épique samedi après l'annulation du passage au Monte Crostis, le peloton n'a en effet guère eu l'occasion de souffler. Cinq ascensions succèdent ainsi au Grossglockner et au Zoncolan, points majeurs des deux dernières étapes. Et, cette fois, c'est surtout l'accumulation des sommets, conjuguée à la fatigue, qui joue un grand rôle. Avant de voir Gardecchia, c'est ainsi deux autres ascensions successives qui se dressent sur la route de cette 15e étape, dont le fameux Passo Giau à 2236 mètres d'altitude avec ses 15 kilomètres à 7.5% de moyenne, cime la plus haute de ce Giro 2011 et lieu du fameux prix Coppi. Si un groupe de 18 (comprenant Sella, Tschopp, Di Luca, Sastre ou encore Garzelli) a animé le premier tiers de cette étape longue de 229 kilomètres (!), le Passo Giau a joué son rôle de premier écrémage. Nibali prend sa chance dans la descente Hoogerland s'en va ainsi seul. Après avoir compté 1'30 d'avance, le grand espoir de Vacansoleil se fait rejoindre dix kilomètres plus loin par Garzelli, parti à la chasse avec Nieve, lui aussi présent dans ce groupe d'audacieux. Garzelli passe seul au sommet enneigé remportant le prix Coppi de ce Giro 2011, Nieve comptant alors 45 secondes de retard. Derrière, Rodriguez et Arroyo lancent les grandes manoeuvres mais la Saxo Bank accélère pour revenir, distançant les derniers équipiers de Nibali. Après avoir tâté le terrain, Contador place dans la foulée un contre avec Rujano mais les favoris s'accrochent et passent le sommet en leur compagnie. Nibali tente alors sa chance malgré la distance le séparant de l'arrivée (50 kms) fait la descente de ce Passo Giau et prend 40 secondes d'avance sur le groupe maillot rose. Contador subit la course mais joue tactique laissant l'Italien faire l'effort tout en confiant la poursuite à ses poursuivants au général, Scarponi en tête... Une tactique qui comptera énormément dans les derniers kilomètres. Gadret suit toujours... Nibali, rejoint, lâche ainsi dans le Passo Feddaia, accompagné par Anton, émoussé par son exploit de la veille. Devant, Nieve se charge de distancer Garzelli dans la dernière ascension. Une bosse de six kilomètres "seulement" mais aux pourcentages terribles accentués par cent derniers mètres sur une route de boue ! Le terrain idéal pour Contador qui pose une mine, distançant un peu plus ses rivaux. Si Nieve conserve l'avantage, s'imposant devant Garzelli, le maillot rose est une nouvelle fois le grand vainqueur du jour, possédant désormais 4 minutes et 20 secondes d'avance sur Scarponi, nouveau dauphin au détriment de Nibali, relégué au troisième rang. Admirable, se mêlant toujours à la lutte, John Gadret, cinquième ce dimanche, suit à la quatrième place à moins d'une minute du podium... Le rêve est encore permis.