Nice sombre à Saint-Etienne

  • A
  • A
Nice sombre à Saint-Etienne
Partagez sur :

COUPE DE LA LIGUE - Nice a enregistré sa cinquième défaite consécutive, mercredi à Saint-Etienne (4-1), en 1/16e de finale de la Coupe de la Ligue.

Après quatre défaites consécutives en Ligue 1, Nice a subi une nouvelle correction mercredi sur la pelouse de Saint-Etienne (1-4), en seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue. Les buts stéphanois ont été inscrits par Gonzalo Bergessio, auteur d'un doublé, Boubacar Sanogo et Christophe Landrin. Loïc Rémy a sauvé l'honneur pour les Niçois en fin de match.La saison 2009-2010 de l'OGC Nice tourne au calvaire. Les Aiglons avaient pourtant bien débuté le championnat début août par un succès sur la pelouse de Saint-Etienne (2-0). Mais depuis, ils n'ont plus gagné le moindre match. Pire, ils restent sur cinq défaites consécutives, dont la dernière, enregistrée mercredi en seizièmes de finale de la Coupe de la Ligue, face à ces mêmes Stéphanois (4-1), risque de laisser des traces.Le climat régnant sur la Côte d'Azur cette semaine – en froid avec les actionnaires majoritaires du club, le président Maurice Cohen a décidé de démissionner – n'a certes pas aidé les Aiglons à préparer cette rencontre dans la sérénité, mais leur prestation sur la pelouse de Geoffroy-Guichard a dû laisser perplexe les supporters du Gym. Dans les premières minutes, les hommes de Didier Ollé-Nicolle, privés de plusieurs cadres dont le gardien David Ospina et le capitaine Olivier Echouafni, semblent pourtant bien décidés à mettre fin à cette spirale négative. Mais malgré l'activité de Loïc Rémy, ils ne parviennent pas à tromper la vigilance de la défense adverse.Les Verts touchent du bois à deux reprisesBien plus réalistes, les Verts profitent en revanche de l'une de leur première occasion pour ouvrir le score. Sur un centre venu de la droite de Boubacar Sanogo et dévié par Grégory Paisley, Gonzalo Bergessio lobe de la tête Lionel Letizi (1-0, 22e). Seulement quatre minutes plus tard, l'ancien niçois Cédric Varrault fait la différence de nouveau sur le côté droit et centre pour Sanogo, qui élimine Paisley d'un contrôle orienté et trompe Letizi, pas exempt de tout reproche, d'un tir décoché dans un angle très fermé (2-0, 26e). Christophe Landrin sonne le glas des ambitions azuréennes dans cette rencontre en inscrivant un troisième but d'une frappe de l'entrée de la surface (3-0, 36e), à la suite d'une touche mal dégagée par une défense niçoise à l'agonie, qui encaisse pour l'occasion son quinzième but en cinq matches.Si les Niçois réagissent par Rémy (41e) et Mouloungui (56e), qui perdent tous deux leur duel face à Vincent Planté, titularisé à la place de Jérémie Janot, les hommes d'Alain Perrin ont l'occasion d'aggraver la marque mais Bergessio voit son tir échouer sur le poteau (40e), alors que la tête de Sanogo est repoussée par la transversale de Letizi (55e). Ce n'est toutefois que partie remise pour les Verts. Absolument seul dans la surface sur un centre de Mirallas, Bergessio inscrit un doublé en fusillant Letizi d'un tir sous la barre (4-1, 79e). Seule satisfaction pour l'OGCN, Rémy sauve l'honneur en marquant à bout portant à la suite d'un bon travail d'Habib Bamogo côté droit (4-1, 84e).Forcément dépité au coup de sifflet final, le milieu azuréen David Hellebuyck, qui a également évolué dans le Forez, acceptait toutefois de s'arrêter au micro de France 3 Rhône-Alpes: "On connaît pas mal de soirées difficiles en ce moment. Il faut vite changer de cap car ça devient compliqué. On prend trois, quatre buts à chaque match. C'est très dur mentalement. Après, on essaye de s'accrocher, de faire les efforts, mais ça ne paye pas. On va tout faire pour essayer de réagir". Reste désormais à savoir le temps que donnera Gilbert Stellardo, actionnaire majoritaire du club et futur président, à Didier Ollé-Nicolle pour remotiver ses troupes.