Nice se fait une place au soleil

  • A
  • A
Nice se fait une place au soleil
Partagez sur :

Au lendemain des qualifications de Lorient et d'Auxerre, Nice a rejoint à son tour Lille, Marseille, Lyon, Rennes, Paris et Sochaux au stade des 8e de finale de la Coupe de la Ligue. Les Aiglons ont décroché mercredi leur billet en s'imposant sur la pelouse de Toulouse (2-1), qui avait pourtant ouvert la marque devant un maigre public. Civelli et Mounier ont marqué pour les Aiglons, contre un but de Beauguel pour le TFC.

Au lendemain des qualifications de Lorient et d'Auxerre, Nice a rejoint à son tour mercredi Lille, Marseille, Lyon, Rennes, Paris et Sochaux au stade des huitièmes de finales de la Coupe de la Ligue. Les Aiglons ont décroché leur billet en s'imposant sur la pelouse de Toulouse qui avait pourtant ouvert la marque devant un maigre public (1-2). Le stade du Ray avait été le théâtre, il y a dix jours en championnat, d'un match nul (1-1) entre les deux équipes. Match à élimination directe oblige, le Stadium aura vu un vainqueur mercredi. Mais pas celui espéré par les quelques milliers de spectateurs à avoir fait le déplacement, pour assister à cette rencontre avancée à 18 heures dans la Ville rose. Déjà défait le week-end dernier sur sa pelouse par une équipe du PSG prometteuse (1-3), le TFC a enregistré un deuxième revers de rang, battu en 16e de finale de la Coupe de la Ligue par l'OGC Nice (1-2). Privée de nombreux joueurs - blessés ou sollicités lors de cette trêve internationale - l'équipe haut-garonnaise n'affichait il est vrai pas ses meilleurs atouts, face à une formation à la recherche de sa première victoire de la saison. C'est pourtant elle, grâce à un de ses jeunes joueurs formés au club, qui va prendre l'avantage dans cette rencontre: Beauguel (19 ans), servi à la limite du hors-jeu par Regattin, trompe Raul Fernandez, le gardien péruvien des Aiglons (1-0, 11e). Tout proche du break à la demi-heure de jeu, Aguemon trouvant le poteau niçois (32e), les Toulousains vont se faire surprendre avant la pause par la tête de Civelli, étrangement seul dans la surface pour égaliser (36e, 1-1). Le deuxième coup de massue interviendra au retour des vestiaires, Mounier assommant les joueurs de la Ville Rose d'un chef-d'oeuvre contrôle de la poitrine-reprise de volée du gauche (47e, 1-2). Malgré plusieurs occasions toulousaines en seconde période, même si la plus dangereuse est à mettre au compteur des Aiglons avec ce poteau trouvé par Dja Djedje (59e), les Niçois tiendront ce résultat jusqu'au bout pour décrocher leur première victoire de la saison et leur billet pour les huitièmes de finale où les attendaient déjà Lille, Marseille, Lyon, Rennes, Paris et Sochaux, protégés par leur statut d'européen, ainsi que Lorient et Auxerre, qualifiés la veille. Un résultat "satisfaisant" pour Eric Roy, l'entraîneur niçois interrogé par France 4, qui appréciait les "ressources morales" de ses garçons "allés au bout d'eux-mêmes". "On a su rester solides en fin de match, confirme Mounier. Ce n'était pas facile à cause de la fatigue. Cette victoire, même si ce n'est pas en championnat, va nous faire du bien, c'est une bonne chose pour la suite." Et la suite pour les Aiglons, avant de penser au prochain tour de la compétition, c'est le délicat déplacement à Montpellier en championnat.