Neymar au révélateur barcelonais

  • A
  • A
Neymar au révélateur barcelonais
Partagez sur :

L'attraction de la finale de la Coupe du monde des clubs dimanche à Tokyo sera évidemment le duel à distance entre Lionel Messi et Neymar, les deux stars du Barça et de Santos. Encensé et loué pour sa qualité technique, le jeune Brésilien passera sans doute le premier grand test de sa carrière sur le terrain du Yokohama Stadium. Le révélateur Barça sera l'occasion d'évaluer son aptitude à se mesurer au football européen.

L'attraction de la finale de la Coupe du monde des clubs dimanche à Tokyo sera évidemment le duel à distance entre Lionel Messi et Neymar, les deux stars du Barça et de Santos. Encensé et loué pour sa qualité technique, le jeune Brésilien passera sans doute le premier grand test de sa carrière sur le terrain du Yokohama Stadium. Le révélateur Barça sera l'occasion d'évaluer son aptitude à se mesurer au football européen. "Le successeur de Pelé", "un magicien", "l'héritier", "la star du Mondial 2014", n'en jetez plus ! Neymar est sur toutes les lèvres au Brésil depuis des mois. Annoncée comme la future étoile du football auriverde, qui cherche un successeur aux têtes d'affiches Ronaldo, Ronaldinho ou encore Kaka, derniers Brésiliens sacrés Ballons d'Or, le jeune joueur de Santos est l'une des attractions de la Coupe du monde des Clubs. Un intérêt qui n'a fait que s'accroitre après le superbe but inscrit face aux Japonais de Kashiwa Reysol en demi-finale (2-1), une frappe enroulée pour donner l'ouverture du score à l'ancien club de Pelé. Pelé ? La comparaison ne date pas d'hier et si elle a récemment été réfutée par Arsène Wenger, le manager français reconnait être séduit par le talent du Brésilien: "Si j'avais l'argent, je le mettrais sur Neymar", a ainsi déclaré récemment l'homme fort des Gunners, interrogé par le Sun. "On ne peut pas le comparer à Pelé, qui avait gagné la Coupe du monde à 17 ans. Mais il a le potentiel pour devenir un des meilleurs attaquants du monde, même s'il y a une vraie différence entre le football brésilien et les grands championnats européens." Là réside l'inconnue. Neymar a-t-il le niveau pour s'adapter au football européen, plus rugueux et donc plus traumatisant pour un physique sans doute encore un peu tendre ? Sa confrontation avec Keita ou Puyol devrait apporter une première réponse, quelques mois après une Copa America décevante, où il n'avait pas su éclairer le jeu des quintuples champions du monde. Son entraîneur, Ramalho, lui ne doute pas des qualités de sa star et l'a fait savoir au site de la FIFA cette semaine: "Je sais que je ne serai pas la bête qui réduit la possession de balle de Barcelone. Personne ne peut gérer cela. Nous aurons à les marquer fermement, faire pression sur eux et jouer sur certaines choses qui se passent: une phase de jeu à partir de Ganso ou Elano, ou un coup de génie de Neymar peut-être. Neymar va certainement faire quelque chose. Je ne doute pas qu'il va les faire souffrir." Pelé: "Neymar est meilleur que Messi" Neymar, tombeur du Barça là ou tant d'armadas européennes se sont cassé les dents ? Robinho, en connaissance de cause tant il a été encensé au début de sa carrière, appelle au calme, mais Pelé lui-même n'a pas de doutes sur le talent de son héritier désigné. "Messi est excellent à Barcelone, mais en équipe d'Argentine, il a des difficultés. Il ne convainc pas de la même manière", a jugé le Roi, cité par El Mundo Deportivo. "Neymar est meilleur que Messi, et Santos est meilleur que le FC Barcelone. Je l'ai toujours dit, en ce moment, Neymar est le meilleur joueur du monde. Il a un bon pied droit et un pied gauche, et il est fantastique quand il déborde." L'intéressé, lui, s'est voulu plus modeste et reconnait le talent de l'Argentin déjà sur la route d'un troisième Ballon d'Or. "Tout ce qu'il fait, c'est ce que je veux faire", a-t-il commenté sur le site sport.es. "Nous jouerons d'égal à égal contre Barcelone. Notre équipe va là-bas pour jouer l'attaque. Pas pour jouer la défense. Ce sera un grand spectacle." Et sans doute le premier tournant de la carrière du Brésilien, qui a refusé des offres du Barça ou du Real l'été dernier pour jouer cette compétition. Et la gagner face aux Blaugrana, près de 50 ans après les exploits du quatuor Dorval-Coutinho-Pelé-Pépé, vainqueur de deux Coupes Intercontinentales en 1962 et 1963...