Neuf mois sont passés...

  • A
  • A
Neuf mois sont passés...
Partagez sur :

L'Inter Milan et le Bayern Munich se retrouvent mercredi soir à Giuseppe-Meazza en huitièmes aller de la Ligue des champions, neuf mois après leur dernière confrontation en finale remportée par les Nerazzurri. Une équipe italienne qui, depuis son titre et le départ de José Mourinho, a beaucoup changé. Le constat vaut aussi pour les Bavarois...

L'Inter Milan et le Bayern Munich se retrouvent mercredi soir à Giuseppe-Meazza en huitièmes aller de la Ligue des champions, neuf mois après leur dernière confrontation en finale remportée par les Nerazzurri. Une équipe italienne qui, depuis son titre et le départ de José Mourinho, a beaucoup changé. Le constat vaut aussi pour les Bavarois... Les héros d'hier ne sont pas forcément ceux de demain. Double buteur en finale de la Ligue des champions contre le Bayern Munich (2-0), en mai dernier, Diego Milito symbolise bien le brutal changement de visage de l'Inter Milan. Oublié de la liste des nommés pour le Ballon d'Or, blessé à la cuisse gauche, l'attaquant argentin ne sera pas de la partie mercredi soir à Giuseppe-Meazza, lors d'un huitième de finale sur fond de revanche pour les Bavarois. Il ne sera pas le seul à manquer ces retrouvailles. José Mourinho, l'entraîneur qui a guidé les Nerazzurri jusqu'au titre l'an passé, s'est envolé pour le Real Madrid. Et deux hommes lui ont déjà succédé sur le banc lombard, Leonardo ayant pris la place de Rafael Benitez cet hiver. Un franc succès puisque depuis l'arrivée du technicien brésilien, les champions d'Italie engrangent en moyenne 2,45 points par match. Le genre de statistiques dont le Bayern aimerait bien se vanter, mais son irrégularité chronique qui lui vaut la troisième place de la Bundesliga l'en empêche. Schweinsteiger craint plus l'AC Milan que l'Inter Faut-il en conclure que l'Inter, également privé de Walter Samuel et sa recrue Giampaolo Pazzini, sortira à nouveau vainqueur de cette double confrontation ? "C'est un moment complètement différent et chaque match est une histoire différente, a rappelé Leonardo en conférence de presse. L'équipe a gardé sa structure de base mais chaque rencontre offre un nouveau challenge à relever." Celui-là n'est certes pas aussi glorieux qu'il y a neuf mois, mais il est d'une importance capitale pour ces deux clubs majeurs sur l'échiquier européen. Car prendre la porte dès les huitièmes serait une vraie déception pour les Italiens comme pour les Allemands. Une formation munichoise qui, cette fois, pourra compter sur son duo Arjen Robben-Franck Ribéry. L'ailier international français, suspendu lors de la dernière finale, aura à coeur de montrer qu'il peut redevenir le joueur qu'il était avant cette sombre année 2010 pour lui. Et les Bavarois, qui ont perdu au mercato Mark van Bommel, seront sans doute aussi animés d'un léger sentiment de rachat. "L'AC Milan a plus de noms qui font peur que l'Inter", a ainsi lâché le milieu bavarois Bastian Schweinsteiger. "L'Inter n'a pas changé, il joue toujours défensif. Moi, je préfère offrir un football plus attractif", a ajouté Louis van Gaal. Le match a (re)commencé.