Neuer aura tenu une heure...

  • A
  • A
Neuer aura tenu une heure...
Partagez sur :

Sollicité à de nombreuses reprises par des Red Devils ultra-dominateurs, Manuel Neuer a longtemps repoussé l'échéance pour Schalke 04. Mais le gardien international allemand ne pouvait à lui seul résister à Manchester United, qui a concrétisé sa domination et confirmé son statut de favori lors de ce double affrontement en demi-finales de la Ligue des champions, en s'imposant à l'aller à Gelsenkirchen (0-2).

Sollicité à de nombreuses reprises par des Red Devils ultra-dominateurs, Manuel Neuer a longtemps repoussé l'échéance pour Schalke 04. Mais le gardien international allemand ne pouvait à lui seul résister à Manchester United, qui a concrétisé sa domination et confirmé son statut de favori lors de ce double affrontement en demi-finales de la Ligue des champions, en s'imposant à l'aller à Gelsenkirchen (0-2). Qui a dit que Manchester United jouait mal cette saison ? Si sir Alex Ferguson avait fini par avouer du bout des lèvres, à la veille de cette demi-finale aller de la Ligue des champions, qu'il était déçu par certains matches de son équipe à l'extérieur, ses joueurs l'ont fait gentiment mentir mardi à Gelsenkirchen. Pour avoir pris au sérieux - à l'inverse de l'Inter Milan au tour précédent - Schalke 04, équipe surprise de ce dernier carré de la compétition, les Red Devils ont en effet copieusement dominé ce premier acte, bien décidés à être de la finale du 28 mai prochain à Wembley à défaut de s'être qualifiés pour celle de la Cup dans le même stade. Un match à sens unique qui aurait pu tourner à l'humiliation sans la présence dans le but allemand de Manuel Neuer, le gardien international qu'on dit convoité par le Bayern Munich et... Manchester United. "Sans lui, l'addition aurait pu être beaucoup plus lourde", ne pouvait que reconnaître Nicolas Plestan, le défenseur français de Schalke 04, devant les caméras de Canal+. On comprend mieux pourquoi sir Alex Ferguson a fait de Neuer l'une de ses priorités pour remplacer Edwin van der Sar qui, à 40 ans, mettra fin à sa carrière à l'issue de la saison. Au sommet de son art, le gardien d'un seul club, né à Gelsenkirchen, a longtemps repoussé l'inéluctable avant de céder par deux fois en deux minutes au coeur de la seconde période. Des buts de Giggs (67e) et Rooney (69e) venus logiquement récompenser la domination des Mancuniens, lesquels ont semble-t-il porté un coup fatal à la formation de Ralf Rangnick avant même le match retour à Old Trafford la semaine prochaine. Pour faire mentir cette fois-ci Gary Lineker, l'auteur de cette formule restée célèbre: "Le football était un sport inventé par les Anglais qui se joue à onze et où les Allemands gagnent à la fin." Rooney passeur puis buteur Pour gagner, les Allemands auraient dû se procurer des occasions. On n'en aura compté que trois, toutes en seconde période, dont une reprise de volée manquée par Jurado (52e) et une frappe de loin d'Edu (65e) avant l'ouverture du score mancunienne. Une misère devant les opportunités des Red Devils. Car si une vague bleue avait pris possession de la Veltins Arena, c'est un véritable ouragan rouge qui s'est abattu sur le but allemand. Mais que ce soit Rooney (4e), Park (6e), Chicharito (14e) ou Giggs (27e, 45e), tous trouvent sur leur chemin un Neuer en état de grâce, capable à lui seul de tenir la maison allemande face à cette déferlante d'occasions, symbolisée par ces frappes successives de Hernandez puis Park dans la même action (36e). Malgré une bonne entame de match, pleine d'envie, les Allemands sont dépassés et ne doivent alors leur survie qu'à leur gardien. "A la mi-temps, on est rentrés énervés, avouait Patrice Evra, toujours devant les caméras de Canal+. On s'est dit que si on continuait comme ça, on allait perdre le match." Remonté, le latéral gauche tricolore est le premier à remettre la pression sur Neuer au retour des vestiaires, mais ce dernier est toujours à la parade (47e). Les Red Devils ne désarment pas mais ne sont pas loin de tourner fous, quand Giggs rate sa frappe après avoir éliminé deux adversaires sur le même crochet (48e) ou lorsque Chicharito, enfin capable de tromper ce diable de Neuer, voit son but refusé pour hors-jeu (51e). Schalke 04 pense pouvoir en profiter. Mais MU n'est jamais aussi dangereux que lorsqu'on le croit abattu. Très inspiré dans sa position de neuf et demi, Rooney délivre ainsi une passe parfaite dans l'axe pour Giggs, qui libère son équipe en passant le ballon entre les jambes du pauvre Neuer (0-1, 67e). Deux minutes plus tard, c'est au tour de Chicharito d'endosser le costume de passeur et Rooney de se muer en buteur pour réussir le break (69e, 0-2). Dépassé, Schalke 04 n'aura à offrir qu'une lourde frappe d'Escudero sur laquelle Van der Sar se couche bien (82e) pour seule réaction. Manchester United aura de son côté une dernière occasion de corser l'addition, mais la frappe d'Evra ne fait que lécher le cadre de Neuer. "On va prendre ce qui a à prendre", se satisfaisait le Français. C'est-à-dire une grosse option pour une place en finale.